facebook
Gazette Drouot logo print

Au pied du Vésuve avec le Chevalier Volaire

Le 31 janvier 2019, par Philippe Dufour

Le peintre Pierre-Jacques Volaire, plus connu sous le nom élégant de Chevalier Volaire, visite Naples en 1767. Il y assiste à une éruption du Vésuve qui le marque profondément ; tant et si bien qu’il décide de s’installer dans l’antique cité en 1769. Il lui faudra attendre encore deux ans avant d’assister à la grande éruption…

Au pied du Vésuve avec le Chevalier Volaire
Pierre-Jacques Volaire dit le «Chevalier Volaire» (1729-1802), L’Éruption du Vésuve depuis l’atrio del Cavallo, huile sur toile, 84 x 167,5 cm.
Adjugé : 319 200 €

Le peintre Pierre-Jacques Volaire, plus connu sous le nom élégant de Chevalier Volaire, visite Naples en 1767. Il y assiste à une éruption du Vésuve qui le marque profondément ; tant et si bien qu’il décide de s’installer dans l’antique cité en 1769. Il lui faudra attendre encore deux ans avant d’assister à la grande éruption du 14 mai 1771, à l’origine de toute une production de vues du volcan campanien, fort prisées de ses admirateurs. Le lieu choisi pour planter son chevalet est assez audacieux, se situant à mi-chemin des pentes du Vésuve, en un vallon nommé «atrio di Cavallo», où les touristes venus de l’Europe entière s’attroupent pour voir s’écouler les flots de lave. À l’image de notre spectaculaire huile sur toile, qui semble brûler de mille feux rougeoyants, tandis qu’explosions et panaches de fumée se succèdent sur le sommet. Le rendu impressionnant valait à cette toile d’être disputée jusqu’à 319 200 €, soit presque quatre fois son estimation initiale, ce qui la place en troisième position du classement des meilleurs prix recueillis par son auteur (source Artnet). La peinture du XVIIe siècle s’illustrait, elle, par deux œuvres très attirantes ; la première, sur panneau de chêne, relevait de l’école hollandaise et était signée Klaes Molenaer. Datée 1657, on y détaillait un délicat paysage de neige, sous le titre de Rue de village en hiver avec villageois en chemin, brossé dans un subtil camaïeu de gris. Né à Haarlem, l’artiste y passe une grande partie de sa vie, et y devient membre de la guilde de Saint-Luc en 1651. Il connaît une belle notoriété pour sa production de vues hivernales, toujours peuplées de villages pittoresques et de passants frileux. Pour détailler ce parfait exemple de son art, il fallait avoir prévu 8 160 €. Sur le versant italien, on découvrait une Présentation de l’Enfant au Temple sous les colonnes de Salomon, une toile attribuée aux Lucquois Giovanni Coli et Filippo Gherardi. Cet épisode solennel tiré des Évangiles partait à 3 960 €. 

tableaux et livres anciens, art d'Orient, mobilier et objets d'art
samedi 26 janvier 2019 - 14:15 (CET)
7, rue Saint-Didier - 58000 Nevers
Michaud Enchères SVV
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne