Gazette Drouot logo print

André Kertész, marcher dans l’image à Gentilly

Publié le , par Sophie Bernard

Exceptionnelle à plus d’un titre, cette exposition est le fruit de deux ans d’un travail qui ne l’est pas moins, effectué par l’historien Cédric de Veigy : la reconstitution des bandes de 270 pellicules utilisées par André Kertész (1894-1985) entre 1933 et 1936, puis dispersées pour être classées par thème. Exceptionnelle...

André Kertész, Près de la porte de Vanves, 1936, sélection de deux prises de vue... André Kertész, marcher dans l’image à Gentilly
André Kertész, Près de la porte de Vanves, 1936, sélection de deux prises de vue d’après bandes négatives originales 35 mm numérisées.
© Ministère de la Culture - Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, dist. RMN-Grand Palais / André Kertész

Exceptionnelle à plus d’un titre, cette exposition est le fruit de deux ans d’un travail qui ne l’est pas moins, effectué par l’historien Cédric de Veigy : la reconstitution des bandes de 270 pellicules utilisées par André Kertész (1894-1985) entre 1933 et 1936, puis dispersées pour être classées par thème. Exceptionnelle aussi parce que l’enjeu de la présentation n’est pas de montrer une sélection d’images, comme c’est le cas habituellement, mais au contraire de révéler la succession des vues réalisées lors d’une séance. L’idée est de pénétrer par ce biais les coulisses de la création, pour décrypter les intentions du photographe, qui a légué ses négatifs à l’État français en 1984. Le parcours propose donc des ensembles de séquences d’images tirées en format 10 15 cm et agencées de manière à faire comprendre comment leur auteur ajustait progressivement distance, cadre et angle de vue. Connu pour ses clichés en plongée, Kertész a en effet totalement revu sa pratique avec l’acquisition d’un Leica, appareil plus petit et maniable, qui l’a incité à déambuler dans les rues de Paris et à s’approcher de ses sujets. «C’est le premier photographe marcheur», explique Cédric de Veigy, auquel nous devons la tenue de cet événement. L’accrochage est aussi l’occasion de découvrir que, contrairement à son cadet Henri Cartier-Bresson, cet Américain d’origine hongroise n’était pas en quête du fameux «instant décisif». Présentée à Gentilly, l’exposition ira ensuite à Strasbourg, Lannion et Clermont- Ferrand, puis au musée de la Photographie de Charleroi, en Belgique.

Maison de la photographie Robert-Doisneau.
1, rue de la Division-du-Général-Leclerc, Gentilly, tél. : 01 55 01 04 85.
Jusqu’au 9 février 2020.
www.ville-gentilly.fr
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne