Gazette Drouot logo print

La photographe Ergy Landau à la Maison Robert Doisneau de Gentilly

Publié le , par Sophie Bernard

Les membres de la profession ont entendu parler d’elle, mais on ne connaît ni son histoire ni son travail. C’est tout l’enjeu de cette première exposition d’Ergy Landau, photographe juive d’origine hongroise arrivée à Paris en 1923. On doit la redécouverte de cette contemporaine de Brassaï et d’André Kertész à Laurence...

Ergy Landau (1896-1967), Assia endormie, studio d’Ergy Landau, 1932, tirage gélatino-argentique... La photographe Ergy Landau à la Maison Robert Doisneau de Gentilly
Ergy Landau (1896-1967), Assia endormie, studio d’Ergy Landau, 1932, tirage gélatino-argentique d’époque.
© Ergy Landau / ARJL

Les membres de la profession ont entendu parler d’elle, mais on ne connaît ni son histoire ni son travail. C’est tout l’enjeu de cette première exposition d’Ergy Landau, photographe juive d’origine hongroise arrivée à Paris en 1923. On doit la redécouverte de cette contemporaine de Brassaï et d’André Kertész à Laurence Le Guen, autrice d’une thèse sur les ouvrages photographiques pour la jeunesse, et Kathleen Grosset, ex-directrice de l’agence Rapho, reprise par Raymond Grosset – son père – au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. C’est à lui qu’Ergy Landau confie son fonds avant sa mort en 1967. Tenant dans une valise, il comprend des films non développés, des livres, des documents personnels et des tirages, les seules pièces à avoir été inventoriées. Si le parcours commence par le début avec des images – photos de studio et de famille – issues de sa vie en Hongrie, il devient ensuite thématique. De salle en salle, on découvre les portraits d’enfants dont elle s’était fait une spécialité, des recherches formelles, des nussensuels lorsqu’elle photographiait le célèbre modèle Assia, ou saisis en plein air quand elle travaillait pour des revues naturistes. Et quelques reportages en France, en Chine et en Mongolie, où elle s’est rendue en 1954. Son savoir-faire est avant tout emblématique de la diversité des activités de son métier dans les années 1930 à 1950. Didactique, la scénographie associe une centaine de tirages originaux, des livres et des revues. C’est ce que l’on attend d’une première exposition : la vue d’ensemble d’un parcours.

Maison de la photographie Robert Doisneau,
1, rue de la Division du Général Leclerc, Gentilly (94), tél. 
: 01 55 01 04 86.
Jusqu’au 8 janvier 2023.
maisondoisneau.grandorlyseinebievre.fr
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne