Mirage russe

Le 10 juin 2021, par Anne Doridou-Heim

Aïvazovsky, dont on voit régulièrement des marines agitées, était un infatigable voyageur qui apprécia de faire une halte en Égypte.

Ivan Konstantinovich Aïvazovsky (1817-1900), Une oasis en Égypte, huile sur toile, 32,5 40,5 cm.
Adjugé : 124 800 

Le peintre d’origine arménienne Ivan Konstantinovitch Aïvazovsky, né en Crimée et formé à l’Académie impériale des beaux-arts de Saint-Pétersbourg, a livré un nombre impressionnant de marines romantiques, son thème de prédilection. Cette fois pourtant, c’est avec un sujet moins convenu qu’il était accroché : Une oasis en Égypte. Sa nomination comme peintre de l’État-Major de la Marine russe, en 1845, lui permet de participer à plusieurs expéditions de la flotte impériale – à laquelle il voue une profonde admiration – et de découvrir la Turquie, la Grèce et l’Égypte. Son unique séjour dans le pays des pharaons – en 1869, pour assister à l’inauguration du canal de Suez – le marque profondément et longtemps après son retour, il continuera à peindre des vues du Caire et du désert avec ses caravanes, ses Bédouins et ses oasis. Il disait : «L’éloignement du terrain représenté dans mon tableau ne fait que rendre plus explicites et plus vivants tous ses détails dans mon imagination». Cela se ressent dans cette toile, vibrante de la lumière dorée de l’Afrique et saluée de 124 800 €. C’est ensuite le Repos du modèle (161 129 cm) de Dimitri Dimitrievich Kouznetsov (1852-1924) qui s’installait à 37 700 €. La jeune femme nue, vue de dos, est assise sur une chaise de Carlo Bugatti, une réminiscence orientaliste.

Panorama (après-vente)

Scène russe

Le 10 juin 2021, par Anne Doridou-Heim

Remarquée page 52 de la Gazette n° 21 (voir l'article Une vie d’artiste), cette robe de scène ayant été portée par la cantatrice Maria Nikolaïevna Kouznetsova (1880-1966) lors de son interprétation de Tatiana dans l’opéra Eugène Onéguine, retrouve la Russie de ses origines. En effet, le Saint Petersburg State Museum of Theatre and Music l’a acquise pour 9 100 € lors de la vente Millon (M. Maraval-Hutin) du mardi 1er juin, à Drouot. Avant la Révolution, Maria était l’une des plus célèbres chanteuses de la Russie impériale, travaillant avec Tchaïkovski, Strauss, Rimski-Korsakov et Massenet notamment. Cette robe provenait directement de sa famille

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne