C’est à nouveau un tableau d’un maître de l’école du Nord qui décrochait le plus haut résultat. L’huile sur panneau attribuée à Marten Ryckaert (1587-1631), Paysage à la cascade, surmontée d’une colline rocheuse, avec pêcheurs en barque et sur la rive (26,3 x 36,5 cm), évoluait jusqu’à 38 000 €, décuplant son estimation basse. Le programme de la vente s’annonçait éclectique mais de belle tenue.Il a tenu ses promesses, et l’on pouvait s’intéresser tant à un statère d’or de la Gaule de l’Est (Haute Vallée de la Meuse-Moselle) du IIe siècle av. J.-C., frappé d’une tête janiforme, pour 16 700 €, qu’à un vase rectangulaire en verre multicouche bleu et blanc laiteux sur fond jaune ambré, d’Émile Gallé (h. 17,5 cm). Son décor de fleurs des montagnes s’est épanoui à 20 000 €. La boîte d’optique du XVIIIe siècle reproduite dans la Gazette n° 12 page 35 a suscité 9 300 €, alors que l’originale boîte d’escamoteur avec tours de magie et accessoires en ivoire et ébène, également du XVIIIe siècle, n’a pas disparu à 10 500 € ! La Lune éclairait une toile de Johan-Bartold Jongkind brossant une Vue du port d’Anvers (26,5 x 40,5 cm) pour 9 000 €, et des Roses rouges rehaussaient de leur éclat, moyennant 9 200 €, un vase peint par Pierre-Eugène Montezin (53 x 44 cm). Sur une paire de vases en porcelaine de Chine émaillée polychrome, de la fin du XIXe ou du début du XXe siècle, des anses en forme de têtes de daim accrochaient enfin 9 000 €.
250 Résultats