DS cabriol et Chapron

Le 17 juillet 2019, par Caroline Legrand

À l’occasion du «rassemblement du siècle» organisé pour fêter le centenaire de Citroën, la maison Aguttes a été choisie pour vendre 170 voitures mythiques de la marque aux chevrons, dont un modèle «cabriolet Chapron».

Citroën DS 21 de 1968, authentique cabriolet Chapron, moteur d’origine, châssis n° 4609594, couleur bleu métallisé, intérieur cuir bleu.
Estimation : 150 000/180 000 

Cela fait cent ans qu’est sortie des usines Citroën la première voiture, une Type A. Un anniversaire qui se fête en se remémorant tous les véhicules de la marque qui ont pris place dans la mémoire collective (voir l'article Tout ce que Citroën a fait pour nous de la Gazette n° 27, page 16). Parmi ces derniers, la DS figure en bonne place. C’est en 1955 que la société réfléchit à une remplaçante pour la Traction. Un nom de code est alors trouvé : VGD pour «voiture à grande diffusion». À l’origine de celle que l’on surnommera la «soucoupe volante», le designer italien Flaminio Bertoni. Avec sa ligne aérodynamique et ses finitions intérieures luxueuses, la DS sera la star du Salon de l’automobile de l’année. Elle présente de belles innovations technologiques, comme la direction assistée, les freins à disque et la fameuse suspension hydraulique, qui donne l’impression d’être comme sur un bateau mais offre un confort incomparable. La DS sera produite pendant vingt ans, durant lesquels elle connaîtra quelques variations et bénéficiera de nouveautés. Ainsi la DS 21, fabriquée de 1965 à 1973, corrige-t-elle les quelques défauts de la DS 19, notamment au niveau du moteur, qui affiche désormais 2 175 cm3 et 115 cv. À partir de 1968, les options de l’intérieur cuir et de la boîte automatique permettent à la DS d’entrer dans une gamme encore plus luxueuse. Et que dire de la carrosserie cabriolet ! Son auteur n’est autre qu’Henri Chapron, installé à Levallois-Perret. Inspiré par le design du véhicule, il en présente une version décapotable dès 1958. Citroën l’intègre en 1960 dans son catalogue et en confie la réalisation au carrossier.
On nommera cette version «cabriolet usine». Fabriquée à 1 
365 exemplaires entre 1960 et 1971 sur la base des DS 19 et DS 21, cette décapotable à deux portes fut l’une des voitures les plus élégantes des années 1960 et resta inégalée durant plusieurs années.

Agenda
Une soixantaine de lots d'automobilia donneront le coup d'envoi d'une vente réalisée dans le cadre des festivités du centenaire de la marque Citroën. On se disputera à 1 500/3 000 € une plaque en tôle émaillée, Les Andelys abbaye de Mortemer, mais aussi une affiche originale datée vers 1928 pour la Citroën C4. Du côté des jouets, un camion-citerne en tôle peinte pourrait partir à 1 000/1 500 €. Suivront des modèles de voitures, bien réels cette fois, emblématiques de l'histoire de la marque aux chevrons. Une DS21 cabriolet Chapron de 1968 se négociera par exemple à 150 000/180 000 € et une Traction 11A faux cabriolet de 1936, à 120 000/180 000 €. On aura également le choix entre des compétitrices telles que la Citroën C-Élysée WTCC de 2015, à batailler à 100 000/150 000 €, et une 2CV version Sahara de 1963, à 80 000/120 000 €. 
dimanche 21 juillet 2019 - 11:00 - Live
La Ferté-Vidame - Parc du château - 28340
Aguttes
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne