André Lebourg, Rouen et la Seine

Le 08 avril 2021, par Caroline Legrand

Membre emblématique de l’école de Rouen, André Lebourg a concentré ses recherches sur le traitement de la Seine, avec ses nuances chromatiques et ses subtils reflets.

Albert Lebourg (1849-1928), Rouen, le Pré-aux-Loups, huile sur toile signée et cachet exposition au dos, 54 73 cm.
Estimation : 7 000/8 000 

C’est à 17 ans, en 1866, qu’André Lebourg découvre Rouen. Pour ce natif de Monfort-sur-Risle, dans l’Eure, cela marque le début de sa vie active, puisqu’il y travaille alors chez un architecte. Mais il poursuit également sa passion, la peinture, lors des cours du soir de l’école d’arts graphiques de la ville, auprès de son directeur Gustave Morin. Le jeune artiste avait déjà été orienté vers le pleinairisme lors de ses études à Évreux, où l’on incitait les élèves à se promener dans les forêts et champs. Abandonnant les copies académiques d’œuvres antiques, il préfère peindre le paysage sur le motif, s’inscrivant ainsi totalement dans les recherches de l'avant-garde de son temps. Le mouvement impressionniste, rappelons-le, est né en 1874 lors de la première exposition du groupe dans l’atelier du photographe Nadar. Mais à cette date, Lebourg est à Alger. C’est un collectionneur l’ayant remarqué qui l’a invité à y enseigner durant quatre années. Une escapade primordiale, qui permit au peintre d’éclaircir sa palette et de mieux appréhender la lumière. À son retour en France, il rejoint le groupe impressionniste grâce à son marchand de tableaux, Portier, peignant désormais la Seine, entre Paris et Rouen, sa légèreté et ses remous. Il se retirera finalement à La Bouille, près de la capitale normande, devenant alors l’une des figures majeures de l’école de Rouen.

Agenda
Albert Lebourg, avec une vue de Rouen, le Pré-aux-Loups (7 000/8 000 €), mènera une belle sélection de peintres normands des XIXe et XXe siècles. À ses côtés seront conviés Pierre Jean Dumont, s'engageant dans La Rue Damiette, Rouen (4 000/4 500 €), et Jacques Bouyssou avec Cherbourg, février 1965, à 1 800/2 000 €. Bien qu'il soit né dans le nord de la France, Paul Élie Gernez a fait d'Honfleur sa ville d'adoption et sa principale source d'inspiration. Il y sera ainsi naturellement présent avec un pastel, Bouquet de fleurs, à négocier à 2 000/3 000 €. Signalons encore dans un autre domaine un rare légumier en faïence de Strasbourg du XVIIIe siècle, en forme de melon au naturel (2 500/2 800 €).  
lundi 12 avril 2021 - 10:00
Cherbourg - 4, rue de Noyon - 50100
Boscher Enchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne