Hans Hartung en grand format

Le 07 juillet 2021, par Caroline Legrand

L’expressionniste abstrait nous offre là une belle démonstration de son talent. La surface est grattée et la matière picturale travaillée à l’extrême, de même que le support au montage complexe.

Hans Hartung (1904-1989), P 40 1985 H1, acrylique sur carton monté sur planche, ruban adhésif et papier kraft, marqué « fait le 31.07.85 » et titré au dos, 95 140 cm.
Estimation : 120 000/150 000 €, Adjugé : 
158 000 €

Provenant d’une collection particulière savoyarde, cette œuvre a été réalisée en 1985 par Hans Hartung. Comme à son habitude, l’artiste titre son travail de quelques lettres et chiffres. Aucune indication narrative ou descriptive ne vient donc obscurcir le jugement du spectateur, qui se retrouve avec ses seules émotions pour apprécier son œuvre. Et le spectacle vaut le déplacement ! La gestuelle du peintre originaire de Leipzig s’est développée au fil des années. À partir de 1961, il utilise de nouveaux procédés, notamment le grattage – particulièrement visible ici –, exercé par le passage dans la pâte encore fraîche d’outils spécifiques, comme de larges brosses, des peignes ou des balais de genêts… Une nouvelle invention de l’artiste, qui le mènera à la consécration aux États-Unis, avec une exposition organisée en 1975-1976 au Metropolitan Museum de New York. Les Américains apprécient sa spontanéité, mais aussi son minimalisme confinant au monumental. Hans Hartung privilégie le geste instinctif, que ce soit lorsque, enfant, il dessine sur ses cahiers d’école des éclairs, ou quand, âgé d’à peine 18 ans, il réalise ses premières œuvres abstraites sans avoir connaissance du travail de Kandinsky. Ce talent précoce se peaufinera au gré des voyages et des rencontres avec d’autres grands artistes, dans les années 1920 et 1930, tels Kandinsky justement, Goetz, Mondrian ou Calder. Après la Seconde Guerre mondiale, durant laquelle il est gravement blessé, il deviendra en France l’une des figures majeures de l’abstraction, par la spontanéité jamais oubliée de son geste, la force de son expression, mais aussi le renouvellement de sa technique. Il a ainsi opté pour un montage sur planche de cet acrylique sur carton à l’aide de papier kraft et de ruban adhésif, cette grande composition semblant encadrée. Les émotions procurées par une œuvre d’Hartung dépassent inexorablement le seul cadre pictural.

Agenda
La fin de la Seconde Guerre mondiale libère en Occident la puissance créatrice des artistes. Ceux que les nazis jugaient « dégénérés » vont devenir les chefs de file de la peinture, et l'abstraction sera leur nouveau langage, plus direct et expressif que nul autre auparavant. Deux belles démonstrations en seront faites lors de cette vente avec P 40 1985 H1 de Hans Hartung (120 000/150 000 €. Voir Gazette n° 27, page 70) et Forêts attentives, de Georges Mathieu (100 000/150 000 €). Des artistes méditerranéens compléteront cette sélection à l'image de Jean-Baptiste Olive avec L'Entrée du port de Marseille (38 000/42 000 €) et de l'Égyptien Seif Wanly avec une vue de Florence peinte en 1952 (15 000/18 000 €. Voir Gazette n° 27, page 19). Un masque dan de Côte d'Ivoire en bois à patine marron brillante, passé par la célèbre collection du marchand d'art Paul Guillaume puis par celle d'Étienne Bignou, s'immiscera au programme. S'il faudra envisager 10 000/15 000 € pour son acquisition, 12 000/15 000 € seront nécessaires pour emporter Le Petit Monde, encre de Chine sur soie peinte vers 1990 par l'artiste française formée à la calligraphie dans le Sichuan, Fabienne Verdier. 
samedi 17 juillet 2021 - 14:30 - Live
Marseille - 224, rue Paradis - 13006
Maison R&C, Commissaires-Priseurs Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne