Un bénitier en ivoire dieppois

Le 18 mars 2021, par Claire Papon

Objet de dévotion, ce bénitier en ivoire dieppois est probablement une commande d’un amateur fortuné, pour son propre usage ou pour l’offrir à une communauté religieuse.

École dieppoise, La Déploration du Christ d’après un modèle de Guglielmo Della Porta, bénitier sculpté en bas relief ajouré en ivoire, godet en métal doré, h. 23,5 cm.
Estimation : 10 000/15 000 

S’il est un domaine qui manque de chercheurs, c’est celui de cette substance osseuse blanche qui a fait la réputation du port normand, où arrivait cette matière première du XVIe siècle à la fin du XIXe. Des œuvres en rapport avec la nôtre sont conservées : un autel de dévotion représentant La Descente de Croix et La Mise au tombeau, exécuté par l’atelier de l’illustre Jean-Antoine Belleteste, au Victoria & Albert Museum de Londres, une Passion sculptée en bas relief sur fond ajouré d’après un tableau de Charles Le Brun et un bénitier orné d’une scène d’Annonciation début XVIIIe, au musée-château de Dieppe. Notre objet a été réalisé dans une plaque convexe, taillée verticalement, dans la base de la défense d’éléphant. Au travail de sculpture répond la dentelle du dosseret découpé à jour, le «fond mosaïqué» selon l’appellation de cette spécialité dieppoise. L’image dont dérive notre sujet est une icône : c’est La Déploration du Christ en bronze de l’architecte et sculpteur maniériste Guglielmo Della Porta (1515-1577) inspirée de la Pietà Bandini de Michel-Ange. Ce modèle, diffusé en gravure, connaît un succès retentissant en Europe, tant en peinture – chez le Greco notamment – que pour les baisers de paix, les albâtres, les ivoires. Le godet est tout aussi finement orné d’un agneau christique étendu sur la croix. On ne pouvait rêver mieux à quelques jours de Pâques…

Panorama (avant-vente)

Exquise esquisse

Le 18 mars 2021, par Claire Papon

000/8 000 € sont à prévoir pour décrocher ce buste en terre cuite (h. 64 cm) de Jean-Baptiste Carpeaux (1827-1875) vendredi 26, salle 14-15 à Drouot, sous le marteau de Pescheteau-Badin (cabinet Sculpture & Collection). Il fait partie du corpus édité par la maison Susse entre 1920 et 1939 et succède à celui diffusé du vivant de l’artiste, particulièrement rare. Notre buste, qui a fait partie de la collection de l’architecte et homme politique Raoul Brandon (1878-1941), tient son modèle de la figure de l’Asie réalisée par Carpeaux en 1868 à l’occasion de la commande, passée par la Ville de Paris à l’architecte Gabriel Davioud, d’une fontaine pour l’avenue de l’Observatoire, sur le thème des Quatre parties du monde.

Agenda
Une fois n'est pas coutume, c'est non aux tableaux, mais à des verreries et des céramiques art nouveau que revient le lever de rideau. Plus que les œuvres de Daum, Gallé et Lalique, classiques, on a noté un ensemble de céramiques irisées de la manufacture Zsolnay Pecs dont la plus attendue est un vase au faisan au naturel décoré en haut relief du volatile, signé du cachet en application, pour lequel 6 000/8 000 € sont prévus. De deux bas-reliefs en bronze à patine dorée (fonte au sable sans cachet de fondeur), d'Évariste Jonchère (1892-1956), La France donne aux colonies et La France reçoit des colonies, modèles réduits des deux œuvres monumentales créées en 1931 pour la façade du Pavillon de la métropole à l'Exposition coloniale de Paris, il faudra prévoir 4 000/6 000 €, tout comme d'un mobilier de salon de Carlo Bugatti en bois vernissé, cuivre estampé et métal argenté, comprenant un canapé et deux fauteuils. L'estimation de 10 000/15 000 € pourrait bien être dépassée pour un bénitier en ivoire sculpté de Dieppe XVIIIe. Sans transition, on passe à un buste en plâtre de l'atelier de Jean-Antoine Houdon représentant l'épouse du sculpteur Marie-Ange-Cécile Langlois (1765-1823) peu avant son mariage en juillet 1786 (8 000/10 000 €) et à un buste de Chinois en terre cuite patinée de Jean-Baptiste Carpeaux, version esquissée de la figure de L'Asie d'une fontaine de l'avenue de l'Observatoire (fonte d'édition 1920-1939, 6 000/8 000 €). La patience des amateurs de tableaux enfin sera récompensée par une Vierge et l'Enfant au trône (peinture à l'œuf sur panneau de peuplier cintré) de l'école des Marches vers 1460 (suiveur du maître de l'Annonciation de Spermento à Camerino), pour laquelle 4 000/6 000 € seront à engager.
vendredi 26 mars 2021 - 02:00 - Live
Salle 14-15 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
Pescheteau-Badin
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne