Chu Teh-Chun l’universel

Le 04 décembre 2019, par Agathe Albi-Gervy

Cette toile, au lyrisme lumineux, reflète la production des années 1970 de l’artiste, dont près de 30 % du marché se situe en France.

Chu Teh-Chun (1920-2014), Sans titre, 1974, huile sur toile numérotée 539, 81 60 cm.
Estimation : 150 000/200 000 € 

Dans cette œuvre de 1974, deux des principales sources d’inspiration exploitées par Chu Teh-chun dans les années 1960 et 1970 se mêlent avec harmonie : d’une part, la poésie et le lyrisme de la peinture chinoise traditionnelle, et d’autre part, la lumière dorée des toiles de Rembrandt découvertes à l’occasion de l’exposition du tricentenaire de la mort du maître de Leyde, organisée en 1969 au Rijksmuseum d’Amsterdam. Ici en effet, dans le chaos de la nuit, des ombres luttent contre une éblouissante lumière, et de cette confrontation naît un univers dynamique, voire explosif, fait de teintes flamboyantes et de jets noirs d’une fluidité semblable à celle de la calligraphie. Ces lignes de force n’ont ni origine ni fin. La mise en vente de cette œuvre universelle s’effectue quelques jours seulement après deux annonces d’un intérêt majeur pour tout amateur du peintre franco-chinois : celle, en premier lieu, de l’installation de la fondation Chu Teh-chun à Genève, et celle, par ailleurs, de l’organisation d’une exposition monographique de grande ampleur, en 2020 à Pékin. Créée en 2017 à l’initiative de l’épouse de l’artiste, Ching Chao Chu (présidente), et de son fils, Yvon Chu (vice-président), la fondation s’installe ainsi rue du Rhône, dans le quartier de la Cité. Elle a notamment pour missions d’organiser expositions et événements à l’international, de nouer des partenariats avec musées, universités et collectionneurs, de documenter le travail de l’artiste grâce à son riche fond d’archives, et d’en constituer le catalogue raisonné. C’est aussi à cette institution que revient l’authentification et la certification des œuvres autographes. L’année prochaine, elle mettra sur pied une grande exposition itinérante, d’un continent à un autre, pour célébrer le centenaire de la naissance de Chu Teh-chun. Première étape au Musée national de Chine à Pékin, en avril 2020 ; les chiffres annoncés donnent une idée de son importance : deux cents œuvres originales, déployées sur un parcours de 2 000 mètres carrés, dans le deuxième musée le plus visité au monde.

Agenda
Deux œuvres du peintre abstrait d'origine chinoise Chu Teh-chun joueront ici les premiers rôles : une toile de 1974, annoncée à 150 000/200 000 € (voir Gazette n° 42 page 163), et une huile sur papier marouflé, à 40 000/60 000 €. Du reste de ce programme, nous mentionnerons une aquarelle d'Henri Lebasque et une huile de Maximilien Luce, mais aussi des bijoux dont un bracelet Van Cleef & Arpels et des bouteilles de premiers crus bordelais, dont un petrus 1992 et des margaux de 1992 et 1998.
samedi 14 décembre 2019 - 14:00
Charleville-Mézières - 30, rue de la Gravière - 08000
Ardennes Enchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne