Breguet, l’heure en toutes circonstances

Le 13 novembre 2019, par Caroline Legrand

L’un des tout premiers exemplaires de la «montre à tact», inventée par Breguet en 1798, passionnera les collectionneurs d’horlogerie.

Abraham Louis Breguet (1747-1823), montre à tact en argent et or, avec cadran excentré, boîtier sur charnière avec la cuvette en métal doré signée «Breguet n°605».
Estimation : 4 000/6 000 

Abraham Louis Breguet était un inventeur de génie. Il est considéré comme le père de l’horlogerie moderne. D’origine suisse, il fit son apprentissage chez un horloger à Versailles. Fort de ce bagage, il fonda sa propre entreprise en 1775 à Paris sur l’île de la Cité. À son actif, on compte nombre d’inventions et de brevets comme le perfectionnement des montres perpétuelles, la création de la montre-bracelet, la mise au point d’échappements de grande précision, du ressort-timbre ou du mécanisme tourbillon. C’est le 17 septembre 1798, à l’occasion de l’Exposition industrielle française, à Paris, que Breguet présente sa «montre à tact». Sa commercialisation débute dès l’année suivante. Numéroté 605, notre exemplaire serait l’un des tout premiers mis en circulation, d’après les archives de la société, indiquant «vendue le 15 juillet 1800 à M. Meiffren Laugier (dont on voit les initiales gravées sur le recto) pour 960 francs». La particularité de ce modèle, également appelé «montre pour aveugle», est de permettre la lecture de l’heure au toucher, et donc même de nuit. Ainsi, à son verso se trouvent des points et une aiguille «flèche» en relief, que l’on sent en passant simplement les doigts dessus. Jérôme Bonaparte et l’impératrice Joséphine possédaient des Breguet de ce type, richement ornées d’or, de diamants et d’émail !

Agenda
Après quelques objets d'art asiatiques, montres, bijoux et pièces d'orfèvrerie séduiront avec des pièces de qualité. On hésitera par exemple entre une rare montre à tact fabriquée par Abraham Louis Breguet en 1800 (4 000/6 000 €), une plus moderne montre-bracelet d'homme signée Rolex en acier, un modèle GMT Master II « Pepsi » à mouvement automatique (7 000/8 000 €), ou encore une bague en platine ornée en serti griffes d'un diamant rond de taille ancienne d'environ 3,70 ct, de couleur supposée JK, pureté P1 et à fluorescence moyenne (5 000/7 000 €). Petits bronzes, céramiques et objets d'art variés s'annonceront ensuite, avant de céder la place au mobilier ancien. L'occasion d'enchérir sur la belle commode Louis XIV, du début du XVIIIe siècle, à façade légèrement galbée en marqueterie florale de bois exotiques et ivoire (7 000/9 000 €), ou sur une commode scribanne issue d'un travail du centre de la France au XVIIIe, celle-ci en merisier, à façade galbée et ouvrant en partie haute par un abattant faisant écritoire (1 000/1 500 €). La vente se conclura par un chapitre réservé à l'art nouveau, à l'art déco et au design avec notamment un panneau rectangulaire de Gaston Suisse (1896-1988), en laque polychrome sur fond à la feuille d'or patinée, à décor de poissons évoluant sur un fond marin (1 500/2 000 €).
samedi 16 novembre 2019 - 14:00
Tours - 246-248, rue Giraudeau - 37000
Hôtel des ventes Giraudeau
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne