René Lalique, un artiste visionnaire

Le 21 octobre 2020, par Caroline Legrand

Aucun domaine ne résiste au talent avant-gardiste de René Lalique, comme le prouve ce vase « Nanking », emblématique de la période art déco. 

René Lalique (1860-1945), vase « Nanking » dit aussi vase «Facettes triangulaires» verre blanc soufflé, moulé, patiné, signé à la pointe au-dessous « R. Lalique France N 971 », h. 33 cm.
Estimation : 3 000/6 000 €

Devenu mondialement célèbre pour ses bijoux art nouveau, René Lalique ne pouvait en rester là. À la fin du XIXe siècle, il cherche à se réinventer. Influencé par le mouvement britannique Arts and Crafts, prônant le renouveau des arts décoratifs, il aborde d’autres spécialités, en tête desquelles le verre. S’il l’utilisait dès les années 1890 dans ses bijoux, il le transcende avec des pièces en verre moulé-pressé, technique dont il dépose le brevet. La transition s’effectue à l’occasion du déménagement de sa boutique place Vendôme, en 1905. Le verre prend alors le pas sur la joaillerie, notamment grâce à plusieurs commandes du parfumeur François Coty à partir de 1910. Lalique s’attaque même à une production en série dans son usine de Wingen-sur-Moder, construite en 1921, voulant rendre accessible au plus grand nombre ses créations. Celles-ci adhèrent alors pleinement à l’art déco, tant par cette notion d’art total que par leur style plus géométrisé, comme en témoigne ce vase « Nanking » ou « Facettes triangulaires » ; le modèle fut créé le 21 septembre 1925, alors que se déroulait la célèbre Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes à Paris, d’avril à octobre, qui marqua l’avènement de l’art déco. René Lalique avait une nouvelle fois eu la bonne intuition !

Agenda
Programme aux estimations homogènes en vue, dans lequel nous choisirons par exemple un vase Nanking de René Lalique – dit aussi vase Facettes triangulaires – en verre blanc soufflé, moulé et patiné (3 000/6 000 €. Voir Gazette n° 37 page 115), un Plat à la colombe rectangulaire en terre cuite polychrome incisée, créé par Picasso et édité par Madoura (même estimation), et une toile attribuée à Claude-Marie Dubufe, Jeune Savoyard grattant l'âtre d'une cheminée (2 000/4 000 €). On s'attardera encore devant une huile sur carton de Maurice Le Scouëzec, Femme aux yeux verts (même estimation), et un album amicorum réalisé vers 1880-1900, comprenant cent dessins, notamment de marines et paysages à l'encre, de Charles Euphrasie Kuwasseg, Iwill ou Émile Clavel (2 000/3 000 €).  
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne