Panorama (avant-vente)

Plumes et paillettes

Le 11 mai 2021, par Claire Papon

Comptez 1 000/1 500 € pour cet ensemble de manuscrits autographes de la musique de Mon truc en plumes, présenté mardi 18, salle 5-6 à Drouot, par Lucien Paris. Nos papyrus font partie d’un chapitre consacré à Jean Constantin (1923-1997) et ont été gardés dans sa succession. C’est en 1961 que ce personnage jovial, né à Paris mais d’origine suisse et brésilienne, compose la musique de la chanson la plus populaire de Zizi Jeanmaire, sur des paroles de Bernard Dimey, quelques années après l’un des grands succès d’Édith Piaf, Mon manège à moi. Salué immédiatement par un triomphe dans le spectacle La Revue, créé par Roland Petit à l’Alhambra, Mon truc en plumes fait de Zizi Jeanmaire une figure emblématique du music-hall. Muse et âme sœur de celui-ci, elle s’est envolée le 17 juillet 2020 à 96 ans.

Agenda
Près de 400 numéros, estimés de quelques dizaines à quelques milliers d'euros, sont inscrits au catalogue de cette nouvelle vacation destinée aux amateurs ou aux inconditionnels de la capitale. Mobilier de la RATP, plaques de rues et de stations de métro, enseignes d'artisans, souvenirs de la tour Eiffel (dont une lunette télescopique restée sur la plateforme de 1900 à 1970, 1 000/1 500 €) et des expositions universelles, serrures de portes cochères, glacières de marchand ambulant, insignes de commissionnaires des halles… se succèdent. Plus originales toutefois, on a retenu des partitions, des souvenirs, une partition de garde-robe et une malle Vuitton (7 000/8 000 €) de Jean Constantin provenant de sa succession et conservés dans celle de son épouse Lucie Dolène (1931-2020), des souvenirs de la Compagnie des wagons-lits dont une table en acajou provenant d'une voiture restaurant ayant circulé dans les années 1930 sur Le Train bleu et le Simplon Orient Express (9 000/12 000 €), d'autres de restaurant comme cette toile peinte, enseigne du restaurant fondé sous le Directoire, Le Bœuf à la mode (1 000/1 500 €). Comptez enfin 12 000/13 000 € d'une part pour une Grande vue panoramique de Paris (Paris, 1669) de Nicolas Berey, gravée par Noël Cochin, mais aussi d'une double porte cintrée ajourée en fer forgé et tôle repoussée dorée de l'hôtel de Lauzun (ou hôtel Pimodan), joyau de l'architecture du milieu XVIIe situé sur l'île Saint-Louis.
mardi 18 mai 2021 - 13:00 - Live
Salle 5-6 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Lucien Paris
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne