Une coupe attribuée à Frédéric-Jules Rudolphi

Le 19 mai 2021, par Claire Papon

Cette coupe n’est pas une illusion malgré son décor de chimères mais une œuvre attribuée à Frédéric-Jules Rudolphi.

Attribuée à Frédéric-Jules Rudolphi (1808-après 1872), coupe aux chimères en jaspe sculpté à monture en argent, vermeil, nacre, perles et émail, vers 1845, 26 19,5 cm.
Estimation : 20 000/30 000 €

Exécuté vers 1845 – la coupe en jaspe est probablement du XVIIe –, cet objet illustre toutes les caractéristiques du travail de Frédéric-Jules Rudolphi, orfèvre-bijoutier français originaire de Copenhague : le goût pour la polychromie, l’utilisation de techniques jusque-là délaissées comme l’émail, ainsi que la présence de pierres dures et de perles. Une chimère ailée chevauchée par un putti – au corps formé par une soufflure de perle – armé d’un trident guette un lézard. Le jaspe est enchâssé dans des pampres de vigne en vermeil et émail aux grains de raisin sertis de perles, le pied est gravé sur le même thème, tandis que deux chimères alternées d’enfants tenant un écu sont adossées à un palmier. Quelle imagination ! Arrivé à Paris après une formation dans la capitale danoise, Rudolphi se spécialise dans la gravure sur or à Paris, puis entre chez l’orfèvre-bijoutier Charles Wagner auquel il succède en 1841. Ses œuvres, récompensées aux expositions en France et à l’étranger, montrent sa prédilection pour les arts du Moyen Âge et de la Renaissance, les productions germaniques du passé, un Orient de fantaisie, les thèmes mythologiques et chevaleresques. Sa production, abondante, se partage entre objets d’art, orfèvrerie religieuse, bijoux, pendules, écritoires, pommeaux de canne, cachets, porte-cigares, presse-papiers, sabres, épées et poignards rehaussés de pierreries… appréciés au Danemark (notamment par le roi), en Angleterre, en Inde, en Turquie, ou en Égypte.

Agenda
Sollicités les premiers, les amateurs de porcelaines de Sèvres XVIIIe devront engager 20 000/30 000 € et 3 000/5 000 € notamment pour espérer repartir avec, respectivement, une paire de seaux à bouteille ordinaire issue du service "Décoration riche en couleurs variées peinture et or", livré soit pour le roi Gustave III de Suède en juin 1784, soit pour la reine Marie-Antoinette deux mois plus tard, et un pot à eau tourné, son couvercle et sa jatte ovale à décor polychrome et or. Un peu plus loin, on a retenu une nappe en broderie d'Appenzell début XXe à décor de scène de genre (1 000/1 500 €), un imposant meuble de présentation de style néo-pompéien en chêne et bois doré marqueté des années 1900 (8 000/10 000 €). Un reliquaire monstrance en argent repoussé ciselé et doré, travail de Barcelone d'époque XVIe, pourrait trouver preneur à 10 000/15 000 €, un buste de sainte femme ou de Vierge en calcaire sculpté en ronde bosse de l'atelier de Michel Colombe est annoncé à 4 000/6 000 €. Le fleuron de cette dispersion est une plaque en émail peint du Maître de l'Éneide (Limoges, vers 1525-1530), Les Bocages fortunés (voir Gazette n° 15, pages 6 et 14). Elle est attendue à 200 000/300 000 €. Dans un autre genre sont annoncés une toile de Joseph-Nicolas Robert-Fleury, L'Exécution du doge Marino Faliero, 1844 exposée au Salon l'année suivante (5 000/8 000 €), un coffret vénitien fin XVIe-début XVIIe en bois laqué rouge, vert et or sur fond noir enchâssant des plaques de cristal (10 000/15 000 €), une Vue du château et du village de Seignelay de l'entourage de Frans Van der Meulen, fief de Jean-Baptiste Colbert, acheté en 1658 où il fait ouvrir une manufacture de soie (15 000/20 000 €). Disposant de la même somme, on tentera sa chance sur une commode galbée en placage de satiné, d'époque Transition, inspirée d'un modèle de Charles Topino, tandis que 20 000/30 000 € sont espérés d'une coupe en jaspe montée en argent, vermeil, nacre, perles et émail, attribuée à Rudolphi. On termine avec deux paysages  de Johan Bartold Jongkind, sur leur toile d'origine, exposés à la galerie Georges Petit en 1921 : Le Canal de l'Ourcq à Pantin, 1879 (10 000/15 000 €) et Le Fardier sur le boulevard extérieur, Paris, 1861 (4 000/6 000 €).
vendredi 28 mai 2021 - 11:00 - Live
Salle 1-7 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Coutau-Bégarie
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne