Vuillaume, Tourte, Peccatte et les autres

Le 26 mai 2021, par Caroline Legrand

La nouvelle édition des ventes d’instruments du quatuor de Vichy sera placée sous l’égide de la lutherie française, avec Jean-Baptiste Vuillaume et François Xavier Tourte en porteurs de flambeau.

Jean-Baptiste Vuillaume (1798-1875), violon fait à Paris vers 1840-1845, portant étiquette de Jean-Baptiste Vuillaume et marques au fer sur la table et sur le fond, 353 mm. 
Estimation : 100 000/120 000 

Si le XVIIIe siècle est italien en matière de lutherie, le XIXe est résolument français, comme le prouvent les violons et archets présentés lors de cette vente. Né à Mirecourt, ville des Vosges célèbre pour ses luthiers installés depuis le XVIe siècle sous l’influence des ducs de Lorraine, Jean-Baptiste Vuillaume est formé par son père avant d’ouvrir son atelier à Paris avec Joseph Dominique Lette, en 1824, rue Croix-des-Petits-Champs. Après plusieurs récompenses, il s’installe seul quatre ans plus tard dans la même rue. Il signe des violons de prestige, des copies des grands maîtres de Crémone, dont la perfection technique et esthétique est reconnue. Il utilise notamment des bois anciens afin de retrouver la sonorité parfaite. Niccolò Paganini, Henri Vieuxtemps ou encore Hector Berlioz ne juraient que par ses créations ! 100 000/120 000€ seront à envisager pour son violon daté vers 1840-1845 (voir photo page de droite). À ses côtés se distingueront un violoncelle d’Hippolyte Chrétien Silvestre fait à Paris vers 1890, annoncé à 35 000/40 000 €, mais aussi un violoncelle de Vincenzo Sannino, fabriqué à Naples en 1912 (50 000/55 000 €). L’école d’archèterie française est reconnue dans le monde entier, comme le rappelaient les 465 000 € recueillis par un archet de François-Xavier Tourte, sous la direction de la même maison vichyssoise le 30 novembre 2017. Cette baguette d’archet de violon de Tourte datée vers 1810 (voir photo ci-dessus), présentée à 100 000/120 000 €, connaîtra-t-elle un destin identique ? Les collectionneurs seront en tout cas présents pour admirer cette réalisation du « Stradivarius de l’archet », qui marqua durablement sa discipline dès la fin du XVIIIe siècle en imposant le choix d’un bois au service du son – le pernambouc – ainsi qu’une forme nouvelle, au profil concave et aminci, et inventa même un système à vis afin de régler la tension des crins. L’accompagnera son alter ego Dominique Peccatte, qui apprit le métier à Mirecourt, puis auprès d’un certain Jean-Baptiste Vuillaume. Mais rapidement, il se tourne vers la confection d’archets. Après avoir travaillé avec Jean Pierre Marie Persoit, il collabore avec François Lupot, auquel il succédera à sa mort, en 1838, dans son atelier de la rue d’Angevillers. 50 000/60 000 € devront être déboursés pour l’un de ses archets de violoncelle, daté vers 1845. Que la musique commence !
 

Baguette d’archet de violon de François Xavier Tourte (1747-1835) fabriquée vers 1810, avec hausse et bouton postérieurs faits en copie, m
Baguette d’archet de violon de François Xavier Tourte (1747-1835) fabriquée vers 1810, avec hausse et bouton postérieurs faits en copie, montée argent, 58,5 g.
Estimation : 100 000/120 000 
Agenda
Dernier acte de ce festival avec, au fil de 400 lots, les productions des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles de grands luthier et archetiers. Les Français seront les plus applaudis avec une baguette d'archet de violon de François Xavier Tourte vers 1810, dont 100 000/120 000 € sont attendus, et un violon de Jean Baptiste Vuillaume fait à Paris vers 1840-1845, estimé à même hauteur. Sans oublier un archet de violoncelle de Dominique Peccatte, daté vers 1845 (50 000/60 000 €), et un archet de violon de Jacob Eury vers 1820 (45 000/50 000 €). Côté italien, Vincenzo Sannino proposera un violoncelle de 1912 fabriqué à Naples moyennant 50 000/55 000 € et Sesto Rocchi, contre 30 000/35 000 €, un alto fait à San Polo en 1968. 
jeudi 03 juin 2021 - 14:00
Vichy - 16, avenue de Lyon - 03200
Vichy Enchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne