Inspiré de David et attribuée à Jean Alaux

Le 18 mars 2021, par Claire Papon

Inspirée des Sabines de Jacques-Louis David (musée du Louvre), cette toile attribuée à Jean Alaux figurait au concours du prix de Rome de 1812.

Attribué à Jean Alaux (1786-1864), Ulysse massacrant les prétendants de Pénélope, huile sur toile, 110 148 cm.
Estimation : 15 000/20 000 

Si cette composition ne permit pas à son auteur de remporter la prestigieuse distinction cette année-là, elle n’en demeure pas moins un morceau de peinture intéressant. Composition, rendu des expressions, des drapés, des musculatures… Certes, le sujet est dicté, mais il n’en demeure pas moins que l’artiste doit faire preuve de talent. Les prétendants sont nombreux qui, pendant les vingt années d’absence d’Ulysse, affirmèrent à Pénélope que celui-ci était mort. Pour les faire patienter, elle leur promet de choisir l’un d’entre eux quand elle aurait achevé de tisser le linceul de son beau-père Laërte. Elle est sur le point de prendre un nouvel époux quand Ulysse réapparaît, et tue tous les soupirants. Jusqu’ici on ne connaissait que six tableaux des dix participants au concours de 1812 : celui du vainqueur Léon Pallière, conservé à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, mais aussi ceux de Thomas Degorge, Hugues-Joseph de Forestier, Joseph-Ferdinand Lancrenon, Auguste Vinchon, et un autre anonyme. La composition de Jean-Baptise Thomas étant documentée par un dessin, reste donc à identifier celles de Pagnest, François-Édouard Picot, Jean Couder – à qui certains spécialistes attribuent notre composition – et Jean Alaux, dit «Le Romain». Ce fils de peintre décorateur né à Bordeaux décrochera le grand prix de Rome en 1815 avec Brideis pleurant le corps de Patrocle dans la tente d’Achille. Une figure imposée bien sûr, qui lui ouvre les portes de la villa Médicis, où il devient l’ami d’Ingres.

Agenda
Saison de la chasse oblige, une grande toile (164 x 237 cm) de l'école flamande du XVIIe par un suiveur de Paul de Vos, Sanglier forcé par des chiens, est annoncée à 8 000/12 000 €. On poursuit avec une toile de Jan Frans Van Dael connue des amateurs, Roses dans un vase bulbe posé sur un entablement (40 000/50 000 €) et une composition attribuée à Jean Alaux, Ulysse massacrant les prétendants de Pénélope, sujet du concours du prix de Rome de 1812 (15 000/20 000 €). Citons ensuite une boîte à sucre couverte en porcelaine de Meissen vers 1730, à décor de scènes de ports et quais animés (4 000/6 000 €), un grand plat rond à décor imprimé en camaïeu bleu de Chinois de la manufacture Vieillard à Bordeaux (seconde moitié du XIXe, même estimation), une boîte ronde en or émaillé figurant Vénus et l'Amour, travail probablement suisse de la fin XVIIIe, dans le goût de Coteau (4 000/4 500 €). Dominant le chapitre mobilier, une suite de quatre fauteuils en acajou et placage d'acajou à dossier bandeau ajouré d'époque Louis XVI, estampillés Georges Jacob, nécessitera 10 000/15 000 €.
vendredi 26 mars 2021 - 02:00 - Live
Salle 1-7 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
Daguerre
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne