Tout pour l’Empire

Le 29 avril 2021, par Vanessa Schmitz-Grucker

Cette plaque de grand-croix de l’ordre impérial de la Réunion, en argent, recèle de multiples symboles napoléoniens. Elle distinguait les hommes du nouvel Empire européen.

France, ordre de la Réunion, plaque de grand-croix du premier type en argent, par Martin-Guillaume Biennais (1764-1843), 71,67 g, 99 mm.
Estimation : 10 000/15 000 

Attention, rareté ! On ne compte en effet que 131 grands-croix de l’ordre impérial de la Réunion, ce qui rend cette plaque d’autant plus précieuse qu’elle a été façonnée par l’un des plus prestigieux fournisseurs de Napoléon Ier, Martin-Guillaume Biennais. Après avoir annexé le royaume de Hollande à l’été 1810, l’Empereur fonde, le 18 octobre de l’année suivante, l’ordre impérial de la Réunion. Cette nouvelle distinction fait suite à la dissolution de l’ordre de l’Union après l’abdication de Louis Bonaparte, contraint à laisser le trône hollandais en raison de tensions avec son auguste frère. Aussi le terme de «réunion» fait-il référence à celle des différents départements de l’Empire : Hollande, les villes hanséatiques – comme Hambourg et Brême – Rome et la Toscane. L’ordre, le deuxième créé par Napoléon après la Légion d’honneur, récompensait les services rendus dans la fonction publique, dans la magistrature et dans l’Armée, étendu à l’ensemble des sujets de l’Empire. La distinction, qui devait soutenir l’union des hommes du nouvel ensemble géopolitique, fut placée sous la protection de l’aigle impériale. Sur les faisceaux et flèches – maintenus par un ruban portant l’inscription «À jamais» – se détache une aigle couronnée, ailes déployées, portant le collier de la Légion d’honneur et tenant des foudres entre ses serres. Sur l’écusson à sa poitrine figure le trône impérial, au dossier tapissé d’abeilles et dont les montants sont formés par deux lions, celui de Hollande et de Toscane. Au pied du trône, la louve romaine, Romulus et Rémus. L’écusson porte l’inscription «Tout pour l’Empire» et le revers sur cuir vert «Biennais, orfèvre de l’Empereur et Roi. A Paris.» Napoléon abdiquant le 22 juin 1815, l’ordre fut aboli par ordonnance royale le 28 juillet suivant.

Agenda
Plus de 200 lots sont passés en revue, entre 30 et 1 000 €. La numismatique et les décorations militaires proviennent de divers endroits du monde. La Belgique et la France sont bien représentées, mais le monde arabe et d'anciennes régions géographiques (dont la Moésie) sont aussi présents. Parmi les lots phares, on remarque une plaque de grand-croix de l'ordre impérial de la Réunion (France, 10 000/15 000 €) et une autre de grand-croix de celui de Léopold (Belgique, 1 500/2 500 €).
mardi 04 mai 2021 - 16:00 - Live
Haynault Stalle - 9 rue de Stalle - 1180
Haynault ventes publiques
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne