Papouasie - Nouvelle-Guinée : masque de la vallée de la Yuat

Le 04 février 2021, par Claire Papon

Ce masque rappelle ceux importés par les groupes habitant la vallée de la Yuat, servant d’éléments ornementaux aux flûtes sacrées.

Masque biwat en bois dur, Sépik, Papouasie - Nouvelle-Guinée, h. 28 cm.
Estimation : 15 000/20 000 €

Visage long et étroit, front étiré jusqu’à la base de la coiffure, nez aquilin, arcades sourcilières marquées, narines relevées, yeux percés disposés à l’oblique, lèvres fines et bouche laissant apparaître deux rangées de dents acérées… l’iconographie de cet objet est atypique et rares sont les traces écrites qui pourraient nous éclairer sur sa fonction. Il s’apparente aux bouchons de flûtes sacrées des Wusear de la Yuat River, dans la région du Bas Sépik, en Papouasie - Nouvelle-Guinée. Le masque surmodelé était assemblé sur un cadre de fibres de bois tressées, incrusté de coquillages, parfois orné de dents de phacochère, et fixé sur des bambous à deux trous. Utilisées comme caisses de résonnance plus que comme instruments de musique à proprement parler, les flûtes sacrées étaient jouées lors de rites d’initiation des jeunes garçons, et symbolisaient les voix d’esprits féminins. Très peu de ces objets ont été conservés. Le nôtre, acquis auprès de la galerie américaine Michael Hamson, n’a donc pas encore livré tous ses mystères. Il côtoie dans cette même collection une pagaie de danse buka des îles Salomon (3 500/5 000 €), un appuie-nuque tonga (3 500/6 500 €), un hameçon en pierre polie (2 500/4 000 €) et une figure moai tangatanga de l’île de Pâques (7 000/10 000 €).

Agenda
Direction l'Amérique précolombienne en lever de rideau où une cinquantaine d'objets sont emmenés par un grand récipient tripode en céramique épaisse brun-rouge, décorée de têtes d'alligators, de jaguars et d'oiseaux, de la culture d'influence nicoya (Nicaragua, 1 000-1 500 apr. J.-C.), annoncé à 7 000/10 000 €. On poursuit en Océanie avec un masque biwat (15 000/20 000 €), un appuie-nuque tonga (3 500/6 500 €), une statue féminine sakalava (Madagascar) en bois érodé (6 000/8 000 €), une statue moai de l'île de Pâques (7 000/10 000 €) et une figure de proue nguzunguzu des îles Salomon (5 000/8 000 €). La dernière destination conduit en Afrique et fait escale auprès d'un masque dogon du Mali, en bois polychrome (3 000/5 000 €), d'un reliquaire kota obamba (Gabon), plaqué de feuilles de cuivre martelé (3 000/4 000 €), d'un masque peigne ntomo (Bambara, Mali) de la région de Segou, utilisé lors des cérémonies agraires (1 400/1 800 €).
vendredi 12 février 2021 - 02:00 - Live
Salle 15 - Drouot-Richelieu - 9, rue Drouot - 75009
De Baecque et Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne