Gallé après Gallé : la peau de l’ours blanc

Le 19 novembre 2020, par Claire Papon

Réalisé après la mort du chef de file de l’école de Nancy par les établissements Gallé, ce vase mettant en scène des ours polaires répond à une esthétique art déco.

Établissements Gallé, vase Ours polaires en verre multicouche blanc crème opaque sur fond blanc givré transparent et bleu, décor gravé en camée à l’acide et repris à la roue, h. 36 cm.
Estimation : 25 000/40 000 

Confrontés au réchauffement climatique en région arctique, les ours polaires voient aujourd’hui leur territoire régresser. Le spectacle de leur vie et de leurs déplacements sur la banquise demeure paraît-il l’un des plus fascinants. Notre vase, mis en production à partir de 1925, est assez éloigné des modèles naturalistes exécutés par Émile Gallé, mais il est réalisé dans la tradition de ses techniques, avec une gravure à l’acide reprise à la roue sur de multiples couches de verre. Prisé pour cette nouvelle esthétique qui plaît tant au milieu des années 1920, le thème de l’ours blanc sera repris notamment sur les paravents en laque de Louis Midavaine (1888-1978). L’artiste en fera même un sujet de prédilection, qu’aucun autre laqueur n’avait encore décliné. Après la mort d’Émile Gallé en 1904, sa veuve confia la direction de la firme à son gendre, le docteur Paul Perdrizet. La production industrielle devient alors la règle, les grands vases, notamment, étant édités en séries de six douzaines. Mais si la préférence est donnée à une palette assourdie et automnale, un modèle fait figure d’exception : celui à l’ours polaire en blanc opaque sur un fond bleu saphir translucide, évoluant sur une banquise aux arêtes tranchantes typiques de l’art déco. La firme Gallé ferma en 1931, le magasin de la rue de la Faïencerie, à Nancy, quatre ans plus tard.

Agenda
C'est parmi les tableaux anciens que l'on devrait assister à la plus belle bataille d'enchères. 60 000/80 000 € sont espérés d'un panneau du peintre d'origine hollandaise, actif à Troyes, en Bourgogne, présent en Italie, Grégoire Guérard (actif de 1512 à 1538) figurant Sainte Catherine d'Alexandrie. On citera ensuite un vase à décor d'ours polaires des établissements Gallé vers 1925 (25 000/40 000 €), un ensemble de faïences nivernaises et des porcelaines dures.
jeudi 26 novembre 2020 - 14:00 - Live
Salle Rossini - 7, rue Rossini - 75009
Rossini
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne