Gazette Drouot logo print

Yves Brayer à Venise

Publié le , par Caroline Legrand
Vente le 16 mars 2020 - 10:30 (CET) - 4, rue du Maréchal-Foch - 59100 Roubaix

Entre la Provence de son cœur et l’Italie, il n’y a qu’un pas, franchi par Yves Brayer dans cette toile peinte en 1970 et décrivant le campo dei Santi Giovanni e Paolo, à Venise.

Yves Brayer (1907-1990), Place San Giovanni e Paolo, Venise, 1970, toile signée,... Yves Brayer à Venise
Yves Brayer (1907-1990), Place San Giovanni e Paolo, Venise, 1970, toile signée, titrée et datée, 97 130 cm.
Estimation : 8 000/10 000 


Située dans le quartier du Castello, à la pointe est de la ville, la place Santi Giovanni e Paolo est l’une des plus grandes et appréciées de Venise. Bordée par le rio dei Mendicanti, elle est ornée de la célèbre statue équestre par Andrea Del Verrocchio du condottiere Bartolomeo Colleoni, chef des armées vénitiennes qui légua son immense fortune à la cité des Doges à sa mort, en 1475, et par l’église dite «Zanipolo», contraction des noms des saints auxquels elle est dédiée ; cet édifice dont la construction s’acheva en 1430 abrite les tombeaux de vingt-cinq doges. Bref, on comprend pourquoi Yves Brayer a pu tomber sous le charme de Venise, de ses exceptionnels monuments et de ses palais aux couleurs chatoyantes. C’est en 1930, suite à l’obtention du prix de Rome, que le peintre découvre l’Italie. Il y passe plusieurs années au cours desquelles il dessine et peint les merveilles architecturales du pays. Lors de son exposition à la galerie Charpentier, en 1934, il présente les tableaux aux ocres puissants de cette période, ainsi que ceux, plus sombres, de son séjour antérieur en Espagne. Ce grand voyageur a également visité le Mexique, l’Égypte, l’Iran, la Grèce, la Russie, les États-Unis et le Japon. Mais il reviendra plusieurs fois en Italie, poursuivant ses retranscriptions de villes avec son style très personnel, figuratif, en rupture avec le travail de ses contemporains, plus portés vers l’abstraction. Son coup de crayon fin et précis se distingue ainsi dans ses peintures, tout comme ses coloris légers, proches de la technique de l’aquarelle. Installé à Cordes-sur-Ciel, dans le Tarn, à partir de 1940, Brayer s’ouvrira alors au paysage et à la grande variété végétale et animale de la Provence.

Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne