Victoria & Albert Museum : Cars : Accelerating the Modern World

Le 10 mars 2020, par Bertrand Galimard Flavigny
Messerschmitt KR 200, Kabinenroller (scooter à cabine), 1959.
© Louwman Museum - La Haye

L’automobile est-elle une œuvre d’art, une machine multi-usage ou un vecteur du modernisme ? Les trois à la fois sans aucun doute. Loin de montrer uniquement de «belles voitures», comme il y a quelques semaines au salon Rétromobile, le V&A démontre que le véhicule a contribué et continue à apporter à la société d’innombrables avancées. Cette invention née il y a près de cent trente ans a eu une influence sur le design, l’économie, les techniques, le cinéma, la littérature et même la mode. Les commissaires Brendan Cormier et Lizzie Bisley soulignent qu’elle a toujours été un rêve, apparue comme une image du futur, une utopie. Les salles du musée semblent tournoyer afin d’entraîner le visiteur dans une ronde effrénée au sein d’espaces autant imaginaires que technologiques. Si une Ford T (1908) succède à une Ford Mustang (1964), qui suit elle-même une voiturette Benz (1894), ce n’est pas tant pour la beauté de leurs formes que pour ce qu’elles incarnent : la découverte, la vitesse – on se souvient du film Bullitt avec Steve McQueen – et l’évolution des modes de production : en 1913, les chaînes de montage de la «T» sortaient une voiture en une heure trente. L’ère du robot était née, et s’appliqua partout. Le chapeau cloche si cher aux belles des années 1920 n’a-t-il pas trouvé sa forme grâce au premier casque coiffant de Jill Scott-Thomas, pilote de course à la même époque ? Sont également évoqués, revers de la médaille, les dangers mortels du volant et les accidents que la route provoque. À ne pas rater, l’inénarrable Design for Dreaming, présentant en dix minutes la production de General Motors : un film de 1956 composé comme un ballet se déroulant dans un salon de l’automobile, passant dans une cuisine futuriste et s’achevant dans une express city que n’auraient pas reniée Bruce Willis, dans Le Cinquième Élément, ni même Albert Robida dans La Vie électrique (1892).

Victoria & Albert Museum,
Cromwell Road, Londres, tél. 
: + 44 20 7942 2000.
Jusqu’au 19 avril 2020.
www.vam.ac.uk
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne