Gazette Drouot logo print

Une victoire gourmande pour l’école de Francfort

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 24 novembre 2018 - 14:30 (CET) - 1, avenue Édouard-Herriot - 71000 Mâcon

Le très beau succès rencontré par une peinture sur cuivre confortait son attribution à l’un des maîtres du genre, fort célèbre au tournant du XVIIe siècle. Avec 166 050 €, la Nature morte aux coupes de fruits rouges, donnée à Georg Flegel, tenait le haut du pavé, à partir d’une estimation maximale de 20 000 € (voir Gazette...

Attribué à Georg Flegel (1563-1638), Nature morte aux coupes de fruits rouges, cuivre,... Une victoire gourmande pour l’école de Francfort
Attribué à Georg Flegel (1563-1638), Nature morte aux coupes de fruits rouges, cuivre, 49 x 69 cm.
Adjugé : 166 050 €

Le très beau succès rencontré par une peinture sur cuivre confortait son attribution à l’un des maîtres du genre, fort célèbre au tournant du XVIIe siècle. Avec 166 050 €, la Nature morte aux coupes de fruits rouges, donnée à Georg Flegel, tenait le haut du pavé, à partir d’une estimation maximale de 20 000 € (voir Gazette n° 40, page 194). Il faut préciser que cet artiste d’origine morave, élève de Lucas Van Valckenborch (1535-1597), appartient à ce petit groupe de peintres qui vont développer, à Francfort et dans sa région, une école exigeante de la nature morte, en ce début du XVIIe siècle. Ses compatriotes et collègues se nomment Daniel Soreau et Pieter Benoit ; le premier est le fils d’une famille protestante de Tournai et réfugiée à Cologne, pour échapper aux persécutions religieuses en Wallonie. Avec d’autres artistes, il professe dans la ville de Hanau, attirant des élèves comme Benoît, d’origine wallonne lui aussi  et destiné à devenir l’un des maîtres en ce domaine  ou l’Alsacien Sébastien Stoskopff. Chez tous, on peut déceler des influences flamandes et hollandaises que l’on retrouve dans notre composition. Celle-ci dépeint un univers silencieux mais opulent, constitué de fruits minutieusement décrits, cerises, fraises des bois, raisins déposés dans des coupes d’argent, accompagnées de pommes, pêches, citrons, noix et noisettes. Il y a aussi ces fragiles gaufrettes, caractéristiques de l’époque, ainsi qu’un incontournable römer, mais juché sur un haut pied de métal doré. 

Haute Époque, tableaux, mobilier et objets d'art
samedi 24 novembre 2018 - 14:30 (CET)
1, avenue Édouard-Herriot - 71000 Mâcon
Quai des Enchères
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne