Gazette Drouot logo print

Une nature morte aux accents baroques

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 13 juin 2020 - 14:00 (CEST) - 8, rue Dominique-Larréa, Z.A. Layatz - 64500 Saint-Jean-de-Luz

L’opulence des fruits de la terre vue par deux peintres flamands et la virtuosité des sculpteurs et bronziers parisiens du XIXe siècle donnaient tout leur sel à cette vacation classique de la Côte basque.

Attribuée à Abraham Bruegel (1631-1697), Nature morte aux grenades et pastèque, huile... Une nature morte aux accents baroques
Attribuée à Abraham Bruegel (1631-1697), Nature morte aux grenades et pastèque, huile sur toile, 72 97 cm.
Adjugé : 15 187 

On l’avait admirée dans la Gazette n° 22 (voir l'article Abraham Bruegel, le virtuose page 140) : la Nature morte aux grenades et pastèque (72 97 cm) attribuée à Abraham Bruegel ne décevait pas ses admirateurs en inscrivant 15 187 €. La toile provient de l’ancienne collection de l’avocat Ramón de la Sota, à Bilbao. Après une attribution ancienne à Murillo, la voici enfin rendue à son probable auteur, qui vécut longtemps à Rome, d’où sa technique et sa palette très latines. Le père de l’artiste se nommait Jan Bruegel II, ou «le Jeune» : on attribuait ici à l’un de ses suiveurs de la fin du XVIIe siècle une Allégorie de la Terre (43 57 cm) : la toile devait partir à 8 748 €. Place ensuite aux œuvres en trois dimensions avec Pierre-Jules Mène et son Valet de chasse à courre (Louis XV) à cheval avec cor et tricorne, et deux chiens (h. 44 cm), une rare épreuve en bronze à patine brune, signée sur la terrasse, qui décrochait 18 225 €. Il y avait aussi, de la maison «Alfred Beurdeley Fils à Paris», une imposante garniture de cheminée de style Louis XVI et d’époque Napoléon III, en marbre blanc et bronze doré, dominée par une pendule avec Vénus à la corne d’abondance et des angelots entourant le cadran émaillé, et au mouvement signé «J. Lefebvre fils à Paris» (h. 65 cm). Deux candélabres à six lumières soutenues par deux angelots sur une base ronde (h. 63 cm) la complétaient, et l’ensemble totalisait 8 505 €. Mention spéciale, ensuite, pour une série de boîtes insolites, à commencer par une tabatière ovale (l. 8,5 cm) empochée à 1 579 € – en os, avec une inscription espagnole, elle porte la date «1582» –, tandis qu’un coffret de mariage (14 26 16,5 cm) récoltait 2 005 €. Fabriqué en Allemagne ou Autriche en bois gainé de parchemin et rehaussé de couleurs, à décor d’épisodes des Ancien et Nouveau Testaments, il précise les noms des époux, «Johannes Pitton» et «Anna Maria Pitonin», ainsi qu’une date : 1738.

samedi 13 juin 2020 - 14:00 (CEST) - Live
8, rue Dominique-Larréa, Z.A. Layatz - 64500 Saint-Jean-de-Luz
Côte Basque Enchères Lelièvre - Cabarrouy
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne