Gazette Drouot logo print

Un visage de bronze et des femmes-fleurs

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 18 juin 2020 - 15:00 (CEST) - 18, boulevard des Nations - 69960 Corbas

Un bel ensemble de lithographies de l’artiste d’origine tchèque dominait cette vente dédiée aux arts décoratifs du XXe siècle, et tout spécialement à l’art nouveau.

Alphonse Mucha (1860-1939), Les Fleurs : œillet, iris, lys et rose, série de quatre... Un visage de bronze et des femmes-fleurs
Alphonse Mucha (1860-1939), Les Fleurs : œillet, iris, lys et rose, série de quatre lithographies signées (détail de l’une reproduit), 107 x 46,5 cm.
Adjugé : 25 040 

Lorsque Alphonse Mucha arrive à Paris, en 1887, il suit les cours des académies libres, seules institutions où posent des modèles féminins nus. C’est là que le futur et génial affichiste élabore son art sinueux qui magnifie le corps de la femme – et qui demeurera indissociable de l’époque 1900. À Lyon, trois lots illustraient sa virtuosité, dont la vente totalisait 55 391 € à partir d’une estimation haute de 10 000 €. Le plus apprécié, avec 25 040 €, s’avère être Les Fleurs : œillet, iris, lys et rose, une série de quatre lithographies signées (107 46,5 cm). Elles sont bien répertoriées (sous le n° 49) dans l’ouvrage de référence de Jack Rennert et Alain Weill (Upsala, 1984). Apparaissaient dans leur sillage La Primevère  et La Plume, une paire de lithographies en pendant (77 32 cm, n° 64 dans l’ouvrage cité plus haut) enlevée pour 15 327 €. Enfin, une autre paire de lithographies en pendant, elles aussi signées, puisait l’inspiration dans un lointain passé : pas moins de 15 024 € étaient requis pour ces Têtes byzantines/brunette et blonde (61,5 45 cm, rangées sous le n° 40 dans la somme de Rennert et Weill). Pour compléter une ambiance art nouveau, on pouvait aussi acquérir, en échange de 9 640 €, une coupe sur piédouche d’Émile Gallé (1846-1904). La pièce (h. 9, diam. 12,5 cm) a été réalisée en verre à nuances grises, avec inclusions d’oxydes métalliques argentés et verdâtres ; sur sa panse se détache une carpe koï, entièrement reprise à la molette sur un fond de poudres rouges. Quelques décennies plus tard, Camille Fauré triomphait à Limoges. De son atelier était issue une paire de vases (h. 20 cm) de forme ronde, en émaux translucides au géométrique décor stylisé polychrome, dans des tons rouge-orangé. Ils étaient disputés jusqu’à 8 629 €. Du côté des sculptures enfin, une œuvre se distinguait par son originalité : ce buste de Madame Étienne ou La Dame au nez pointu (h. 46 cm) par Charles Despiau, un bronze à patine noire nuancée sur socle en marbre noir, signé et marqué «Alexis Rudier fondeur Paris», qui partait à 10 329 €.

Charles Despiau (1874-1946), Madame Étienne ou La Dame au nez pointu, bronze à patine noire nuancée, socle en marbre noir veiné, signé et
Charles Despiau (1874-1946), Madame Étienne ou La Dame au nez pointu, bronze à patine noire nuancée, socle en marbre noir veiné, signé et marqué «Alexis Rudier fondeur Paris», h.  46 cm.
Adjugé : 10 329 
jeudi 18 juin 2020 - 15:00 (CEST) - Live
18, boulevard des Nations - 69960 Corbas
Bérard - Péron
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne