Gazette Drouot logo print

Un style Louis XVI carré estampillé Pluvinet

Publié le , par Caroline Legrand
Vente le 25 janvier 2023 - 14:00 (CET) - 8-10, rue Miséricorde - 44000 Nantes

De taille imposante, ces quatre fauteuils estampillés Pluvinet se distinguent aussi par leur richesse décorative exceptionnelle et leurs rares pieds en gaine carrée.

Époque Louis XVI. Suite de quatre grands fauteuils à châssis en hêtre doré (à l’huile)... Un style Louis XVI carré estampillé Pluvinet
Époque Louis XVI. Suite de quatre grands fauteuils à châssis en hêtre doré (à l’huile) richement sculpté, à dossier plat à décrochement, estampille de Philippe-Joseph Pluvinet, h. 102 cm.
Estimation : 30 000/40 000 

Ces quatre grands fauteuils Louis XVI proviennent du château du R., en Bretagne, et sont restés dans la descendance de son propriétaire jusqu’à ce jour. À châssis en hêtre doré, certainement à l’huile, ces modèles à la reine présentent des dossiers plats à décrochement, une composition typique du style Louis XVI particulièrement appréciée par Philippe Pluvinet. En témoigne aussi la paire de fauteuils de sa main de l’ancienne collection Akram Ojjeh, dispersée à Monaco en 1999, présentant également des frises de piastres et d’entrelacs similaires. Reçu maître en 1754, le menuisier installé rue de Cléry comme nombre de ses collègues travailla jusqu’à la fin de sa vie, en 1793. S’il fabriqua un certain nombre de sièges Louis XV, ses créations Louis XVI demeurent les plus impressionnantes par leurs volumes ainsi que par la finesse et la richesse de leurs décors sculptés. On retrouve d’ailleurs dans ces quatre fauteuils un bel éventail du répertoire ornemental néoclassique, inspiré de l’Antiquité. Des entrelacs côtoient ainsi des frises de piastres et de perles ou encore des feuilles de laurier… Au sommet du dossier figure un important cartouche à la gravure centrale aujourd’hui effacée, tandis qu’au centre de la ceinture des feuillages en enroulement se distinguent. Mais l’élément le plus rare réside dans leurs pieds en gaine carrée, eux aussi ornés de cannelures et rudentures : les menuisiers leur préféraient le plus souvent des pieds en colonne cannelée et évasée au sommet. L’expert Pierre-François Dayot note que seuls quelques menuisiers ont utilisé ce motif, comme Adrien-Pierre Dupain ou Nicolas Heurtaut. Tous s’inspirèrent d’ouvrages de référence en matière de décoration, tel le Recueil élémentaire d’architecture de Jean-François de Neufforge, publié en 1768 mais dont les modèles dataient probablement du début des années 1760. On y retrouve d’ailleurs un petit fauteuil à dossier bas dont les pieds sont en forme de gaine.

mercredi 25 janvier 2023 - 14:00 (CET) - Live
8-10, rue Miséricorde - 44000 Nantes
Ivoire - Couton - Veyrac - Jamault
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne