Gazette Drouot logo print

Un postimpressionniste italien et un portraitiste français

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 10 novembre 2018 - 14:30 (CET) - Domaine de la Fontaine, 1379, rue de la Reine-Blanche - 45160 Olivet

Preludio primaverile (L’Annonce du printemps), un tableau de l’Italien Carlo Fornara était la vedette d’une vente consacrée, pour beaucoup, à la peinture ancienne et moderne (voir Gazette n° 29, page 152). Fornara a peint cette huile sur panneau vers 1910 ; passée par la galerie Alberto Grubicy à Milan, l’œuvre postimpressioniste...

Nicolas de Largillierre (1656-1746), Portrait de dame, présumé de madame de Laubespine,... Un postimpressionniste italien et un portraitiste français
Nicolas de Largillierre (1656-1746), Portrait de dame, présumé de madame de Laubespine, huile sur toile, 84 x 61,5 cm.
Adjugé : 15 730 €

Preludio primaverile (L’Annonce du printemps), un tableau de l’Italien Carlo Fornara était la vedette d’une vente consacrée, pour beaucoup, à la peinture ancienne et moderne (voir Gazette n° 29, page 152). Fornara a peint cette huile sur panneau vers 1910 ; passée par la galerie Alberto Grubicy à Milan, l’œuvre postimpressioniste inscrivait 24 200 € ce 10 novembre. Un illustre portraitiste français lui succédait : Nicolas de Largillierre en personne, auteur d’un Portrait de dame, présumé de madame de Laubespine. Il s’agit d’une réplique autographe de la composition conservée au musée Condé à Chantilly, et datée de 1698 ; l’identité du modèle est d’ailleurs discutée, parfois donnée à la princesse de Rohan-Guéménée. Quoiqu’il en soit, Largilliere s’affirmait une fois de plus comme un maître inégalé pour le rendu des étoffes et la fraîcheur des carnations, attirant ici 15 730 €. Plus émouvante peut-être, une paire de portraits datée 1793, signés Johann-Friedrich August Tischbein, peintre d’origine allemande qui travailla dans toute l’Europe. Il fixait ici, à Paris, Étienne-Paul Renouard et son épouse Marie-Dorothée Renouard, tous deux en buste dans un ovale. Le couple, saisi en pleine tourmente révolutionnaire, était décroché contre 14 520 €. Du côté des arts décoratifs, deux pièces de forme étaient à retenir : d’abord un vase métallique ovoïde de Shibataro Kawade, de Nagoya, à décor de poissons et de glycine, datant de la fin de l’ère Meiji (1868-1912), récoltant  11 495 € ; ainsi qu’une Lampe Femme de Pablo Picasso pour Madoura, un vase de faïence blanche, saisi à 11 132 €. 

dessins, tableaux, mobilier ancien et moderne, sculptures, bijoux, argenterie, design
samedi 10 novembre 2018 - 14:30 (CET)
Domaine de la Fontaine, 1379, rue de la Reine-Blanche - 45160 Olivet
Philocale
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne