facebook
Gazette Drouot logo print

Transparence amoureuse de Picabia

Le 10 janvier 2019, par Anne Doridou-Heim

Parmi l’avalanche d’expositions organisées au printemps-été 2018, dans le cadre de la saison méditerranéenne de Picasso, la confrontation du Malaguène avec Picabia, savamment construite au musée Granet d’Aix-en-Provence («Picasso Picabia - La Peinture au défi»), a su séduire les critiques et le public. Ce qui n’était pourtant…

Transparence amoureuse de Picabia
Francis Picabia (1879-1953), Quadrilogie amoureuse, vers 1932, technique mixte sur papier teinté et contrecollé sur carton, 116,5 x 91 cm.
Adjugé : 360 880 €

Parmi l’avalanche d’expositions organisées au printemps-été 2018, dans le cadre de la saison méditerranéenne de Picasso, la confrontation du Malaguène avec Picabia, savamment construite au musée Granet d’Aix-en-Provence («Picasso Picabia - La Peinture au défi»), a su séduire les critiques et le public. Ce qui n’était pourtant pas un pari facile à relever ! Mais l’association a parfaitement fonctionné. Francis Picabia (1879-1953) a ce point commun avec Picasso d’avoir toujours mené une quête picturale. Marc Le Bot, dans Francis Picabia et la crise des valeurs figuratives (Paris, éditions Klincksieck 1968), affirme que pendant les années précédant 14-18, il a lancé «plus d’idées neuves qu’aucun autre artiste d’avant-garde. Il aurait été cubiste comme Braque et Picasso, orphique comme Delaunay et aurait de surplus inventé l’art abstrait, sans jamais consentir à exploiter systématiquement aucune de ces formules.» Au début des années 1930, il syncrétise ses découvertes radicales avec l’assemblage de sources d’inspiration traditionnelles pour ouvrir ses tableaux à une troisième dimension : cela donnera cette série des transparences immédiatement reconnaissables. Elles lui permettent de s’exprimer en adéquation avec ses pensées intimes. Cette Quadrilogie amoureuse, produite vers 1932 au moyen d’une technique mixte utilisant à la fois l’encre de Chine, le pastel, le lavis et le graphite, à l’interprétation volontairement énigmatique, décline les différentes formes de l’amour à l’envi maternel, filial, amoureux, marital et s’exprimait à 360 880 €. Loin de cet univers et de ces recherches, les peintres d’Asie avaient ouvert les festivités. Une Jeune femme à l’encre et couleurs sur soie de Lé Phô (1907-2001) disposait 91 000 € dans son chapeau déjà empli de fruits, et de Jeunes enfants peints vers 1934-1935 par Nguyen Nhu Hoanh (née en 1914) jouaient sur un chemin ensoleillé au retour de l’école. Ils recevaient 75 400 €. La peinture est l’œuvre d’une artiste rare, formée par Évariste Jonchère (1892-1956), alors directeur de l’École supérieure des beaux-arts de l’Indochine.

tableaux impressionnistes, modernes et contemporains
lundi 17 décembre 2018 - 14:30 (CET) - Live
Salle 5 - Hôtel Drouot - 75009
Aguttes
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne