Tefaf en ligne

Le 09 septembre 2021, par Vanessa Schmitz-Grucker

Jusqu’au 13 septembre, la deuxième édition de la Tefaf online est ouverte. Pour patienter jusqu’à la version physique prévue en mars 2022 à Maastricht – la première depuis le début de la pandémie –, le géant des arts et des antiquités rassemble en ligne 700 œuvres de plus de 260 marchands venus de tous horizons.

Un encrier de la Renaissance chez Christophe de Quénetain.
DR

Petit aperçu des pièces maîtresses reflétant l’envergure de la manifestation… Le français Christophe de Quénetain s’impose comme un incontournable avec un encrier de la Renaissance italienne, en bronze, datant du règne de l’empereur Rodolphe II (200 000 €), composé de trois pièces inspirées du crabe et déclinant sa symbolique à travers les âges. Également présentée par une galerie hexagonale, la parisienne Brimo de Laroussilhe, une scène de la Passion du Christ en ivoire, datant de 1280-1300 et faisant partie d’un ensemble conservé au Louvre, est affichée à 380 000 €. Autre pièce muséale, autre nom français : la galerie Chenel met en vente une Aphrodite en marbre du Ier siècle, provenant des jardins romains de la villa Doria Pamphilj (1,8 M€). Citons également deux pièces de la collection Rothschild : un livre d’heures de Françoise de Bellecombe, vers 1485-1490, manuscrit enluminé sur vélin avec 103 miniatures, chez Heribert Tenschert (Ramsen, Suisse) et, chez Steinitz de Paris, une commode signée Bernard II Van Riesen Burgh, vers 1765-1770, avec ses panneaux japonais laqués et son marbre portor. Le XXe siècle est aussi de la partie, porté par Ben Brown Fine Arts (Londres) et son Choupatte de Claude Lalanne, version réduite de la pièce emblématique actuellement exposée à Versailles dans les jardins du Petit Trianon, ainsi que par la new-yorkaise Van de Weghe avec un dessin exécuté à Knokke en 1987 par Keith Haring, proposé entre 1,8 et 2 M€.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne