Gazette Drouot logo print

Sur les routes des années 1960

Publié le , par Philippe Dufour

Un temps rêvé pour prendre la route… Surtout au volant de telles automobiles, qui illustraient spécialement la période bénie des sixties. Emblématique de cet âge d’or, une Alfa Romeo 2600 Sprint 1964 s’avançait la première. Devant cette belle italienne, un coupé dessiné par Bertone et produit de 1961 à 1968, on aurait pu...

Alfa Romeo 2600 Sprint, année 1964. Adjugé : 51 600 € Sur les routes des années 1960
Alfa Romeo 2600 Sprint, année 1964.
Adjugé : 51 600 €

Un temps rêvé pour prendre la route… Surtout au volant de telles automobiles, qui illustraient spécialement la période bénie des sixties. Emblématique de cet âge d’or, une Alfa Romeo 2600 Sprint 1964 s’avançait la première. Devant cette belle italienne, un coupé dessiné par Bertone et produit de 1961 à 1968, on aurait pu s’écrier comme Brigitte Bardot, un brin moqueuse, dans Le Mépris (1963) de Jean-Luc Godard : «Montez dans votre Alfa, Romeo !» (bien que, dans ce film, il s’agisse plutôt du modèle précédent, la 2600 Spider) ; notre version, habillée d’une élégante carrosserie de couleur grise, changeait de mains pour 51 600 €. En 1963 justement, le constructeur allemand Mercedes avait sorti la 250 SL Pagode, coupé ou cabriolet à deux portes, qui sera fabriqué jusqu’en 1971. Conçu et dessiné par le designer français Paul Bracq, il bénéficiait d’un moteur de 6 cylindres en ligne, 12 soupapes, permettant une vitesse maximale de 200 km. Un exemplaire sorti en 1967, à la livrée d’un gris foncé, suscitait bien des envies, et atteignait le score de 50 400 €. Une seconde italienne la talonnait avec 44 400 € : la très recherchée Maserati Indy de 1969. Cette année-là, on la découvre au Salon automobile de Genève, et elle prend la succession du coupé Sebring ; son design est dû à Giovanni Michelotti pour Vignale, et affiche une grande pureté. Sa face avant englobe à la fois pare-choc et phares escamotables. Rappelons que l’Indy est équipée d’un V8 de 4.2L à quatre arbres à cames en tête, qu’elle développe 260 chevaux, et qu’elle n’a été produite qu’à 1104 exemplaires toutes déclinaisons confondues. Petit bolide de type roadster, à deux places, produit entre 1956 et 1959, l’Austin Healey 100/6 se rangeait pour 42 000€ ; le modèle, muni d’un moteur de 6 cylindres en ligne, était représenté par un exemplaire de l’année 1957. 

dimanche 24 juin 2018 - 14:30 (CEST) - Live
Château de Lasserre - 31380 Montastruc-La-Conseillère
FEE - Stanislas Machoïr
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne