Gazette Drouot logo print

Romain Urhausen aux Rencontres d’Arles

Publié le , par Sophie Bernard

Pour sa cinquième participation aux Rencontres d’Arles, l’association Lët’z Arles, œuvrant à la promotion de la photographie luxembourgeoise, présente Romain Urhausen (1930-1921), choisi par un jury réunissant notamment Christoph Wiesner, le directeur du festival. S’il est bien connu dans son pays natal, l’artiste mis à...

Romain Urhausen, Sans titre, Luxembourg, années 1960. Courtesy Romain Urhausen /... Romain Urhausen aux Rencontres d’Arles
Romain Urhausen, Sans titre, Luxembourg, années 1960. Courtesy Romain Urhausen / AUTAAH, collection  du Centre national de l’audiovisuel

Pour sa cinquième participation aux Rencontres d’Arles, l’association Lët’z Arles, œuvrant à la promotion de la photographie luxembourgeoise, présente Romain Urhausen (1930-1921), choisi par un jury réunissant notamment Christoph Wiesner, le directeur du festival. S’il est bien connu dans son pays natal, l’artiste mis à l’honneur est une découverte pour la France. Axé sur sa période phare des décennies 1950 et 1960, le parcours est essentiellement en noir et blanc et met en lumière ses principales influences : d’un côté la Subjektive Fotografie allemande et de l’autre, le courant humaniste français. Dans cet accrochage, les tirages originaux du Luxembourgeois dialoguent avec ceux de ses aînés : Otto Steinert, dont il a été l’élève, Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau, Lucien Clergue et des auteurs moins connus. Regroupées par thème – le quotidien, l’homme au travail, le paysage urbain, le nu, l’autoportrait, etc. –, les images révèlent le talent de leur auteur. Mais si l’on est séduit par la diversité de son vocabulaire formel, dont le fil rouge est la poésie, on comprend mal les partis pris de l’accrochage. Les correspondances avec les autres praticiens, mises en évidence par des vis-à-vis, apportent de la confusion car elles regroupent des œuvres trop similaires – par exemple concernant le monde industriel ou le marché des Halles, avec les images de Robert Doisneau. Peut-être aurait-il fallu différencier les encadrements ou tout simplement consacrer l’exposition au seul Romain Urhausen, comme la monographie parue chez delpire & co, rendant un bel hommage à son œuvre photographique.

Espace Van Gogh, place Félix-Rey, Arles (13), tél. : 04 90 49 70 29.
Jusqu’au 25 septembre 2022.
www.rencontres-arles.com
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne