Gazette Drouot logo print

Record mondial pour un lampas nasride

Publié le , par Sophie Reyssat
Vente le 26 mars 2022 - 11:00 (CET) - 9-11, rue Royale - 77300 Fontainebleau

Le résultat de cette étoffe tissée à Grenade au XVe siècle témoigne du dynamisme du marché des textiles islamiques.

Espagne, Grenade, période nasride, XVe siècle. Lampas à fond satin rouge, décor noir,... Record mondial pour un lampas nasride
Espagne, Grenade, période nasride, XVe siècle. Lampas à fond satin rouge, décor noir, jaune et crème de lions couronnés affrontés de part et d’autre d’un cyprès, entre des palmes découpées évoquant le nom d’Allah, en forme d’écu surmonté d’un œillet, doublure de toile, 82 54 cm.
Adjugé : 250 000 

Avec douze téléphones et de nombreuses enchères sur Internet, ce lampas nasride du XVe siècle (voir l'article Un lampas digne d’un musée de la Gazette n° 12, page 111) était propulsé à 250 000 € sur une estimation haute de 5 000 €, grâce à une bataille entre amateurs notamment anglais, turc, iranien et arménien. Ce résultat illustre l’intérêt croissant des collectionneurs d’art islamique pour les textiles, considérés comme un patrimoine à part entière. En janvier de l’an passé, les mêmes passionnés avaient créé la surprise à Drouot, chez Art Richelieu, en s’intéressant aux velours et à un lampas turc du XVIe siècle, ce dernier étant emporté pour 44 450 € (voir Gazette n° 4 de 2021, page 77). Vestige d’al-Andalus – le nom donné par les Arabes à la partie de la péninsule Ibérique qu’ils conquièrent à partir de 711 –, le lampas présenté ce samedi à Fontainebleau, orné de lions affrontés autour d’un cyprès sous le nom stylisé d’Allah, revêtait une aura particulière. À Grenade, le tissage a connu un âge d’or à la période nasride (1230-1492), en particulier à l’époque de Muhammad XI, qui régna sur la ville en 1482-1483 et entre 1486 et 1492, jusqu’à la prise de la cité marquant l’achèvement de la Reconquista des rois catholiques avec la chute du dernier royaume musulman d’Espagne. Près de 5 000 métiers à tisser y étaient alors actifs. Seules les pièces de la plus grande qualité – une production de luxe sans doute palatiale – sont parvenues jusqu’à nous. À l’image de ce lampas provenant d’une ancienne dalmatique, elles ont été réutilisées en Espagne, ainsi qu’en France et en Italie, recherchées par les souverains chrétiens comme un matériau d’exception, découpées et cousues pour les vêtements du clergé, l’habillage des bibles ou la protection des reliques, les inscriptions arabes perdant leur sens au profit de leur seule beauté ornementale.

samedi 26 mars 2022 - 11:00 (CET) - Live
9-11, rue Royale - 77300 Fontainebleau
Osenat
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne