Gazette Drouot logo print

Rapport du conseil des ventes 2021 : Le marché de l’art sous le soleil

Publié le , par Vincent Noce

Plein d’optimisme, le diagnostic du Conseil des ventes sur les ventes publiques en 2021, complété d’une estimation du marché mondial, est disponible en kiosque.

Évolution des montants adjugés en France entre 2012 et 2021 sur le secteur Art &... Rapport du conseil des ventes 2021 : Le marché de l’art sous le soleil
Évolution des montants adjugés en France entre 2012 et 2021 sur le secteur Art & Objets de collection (en M€ hors frais)
© Conseil des ventes volontaires

Président du Conseil des ventes volontaires (CVV), Henri Paul le confirme, dans l’éditorial ouvrant le supplément de Beaux Arts Magazine qui vient de paraître : pour le marché de l’art, « l’année 2021 fut exceptionnelle ». Dans ce numéro, le journal reprend les chiffres et les tendances du secteur des enchères en France, dévoilées au printemps dernier. Ce numéro y ajoute des éclairages sur la fascination pour les squelettes de dinosaures, le goût des grands crus, les préemptions enrichissant les musées ou le profil des acheteurs du web – dont un tiers serait composé de néophytes. La France tire son épingle du jeu, avec une progression de 40% des cessions réalisées par 427 maisons de ventes, dépassant pour la première fois les 4 Md€. Ce montant fait bien plus qu’effacer la chute de 2020 (- 14 %). De 2016 à 2018, il tournait autour de 3 Md€ et avait franchi les 3,3 milliards en 2019. Avec 7 % du marché planétaire, le pays renforce sa quatrième position, à cinq points du Royaume-Uni, qui recule de 13 à 12 %, une tendance qu’Henri Paul attribue aux effets du Brexit. Londres continue cependant à dominer les ventes de prestige. Facteur encourageant, un tiers des biens adjugés dans l’Hexagone en 2021 l’a été à des acheteurs étrangers, essentiellement dans le domaine de l’art. En écartant les ventes de véhicules, de matériel industriel ou de chevaux, le rebond des objets d’art et de collection est encore plus spectaculaire, puisqu’il atteint 54 %, les portant à 1,8 Md€ (+ 20 % par rapport à 2019).

Euphorie
Selon une étude commandée par le CVV à Harris Interactive, le produit des ventes aux enchères dans le monde dépasse les 31 Md€, marquant une augmentation de 51 %. La moitié est accaparée par dix maisons de ventes, mais la concentration du secteur subit plutôt un effritement relatif. Les ventes exercées par Christie’s et Sotheby’s représentent 55 % de l’activité des vingt premières sociétés, contre 57 % en 2019 et 60 % en 2018, même si ce duopole conserve une nette avancée sur le très haut de gamme. Ce phénomène reste tout autant accentué aux États-Unis, où dix compagnies occupent plus des deux tiers des ventes en valeur. En hausse de 70 %, ce pays raflerait la première place du hit-parade mondial, avec 36 % du total, devant la Chine (32 %, où Pékin supplante désormais Hong Kong) et l’Europe (28 %). Ces chiffres diffèrent néanmoins des données collectées par Clare McAndrew pour Art Basel, sans qu’il soit aisé à comprendre ces écarts. L’universitaire de Dublin décompte 25 Md€ pour les ventes publiques d’art, un cinquième de moins, et elle ramène la part des États-Unis à 32 % (tout en relevant la France à 9 %). Son rapport englobe également les 35 Md€ de transactions imputées aux galeries et aux marchands, que l’analyse du CVV ne prend pas en compte.

Le supplément n’est guère porté sur les sujets qui fâchent

Confiance
Selon le CVV, la France semble encore en retard dans la part prise par les ventes dématérialisées (pure « online »), qui s’élève à environ 15 % du marché des objets d’art et de collection dans le monde, mais seulement 8 % dans notre pays, même si elle a pratiquement doublé d’une année à l’autre avec les effets de la pandémie. L’étude note que le montant moyen des ventes online de Drouot Digital a progressé de 28 %, grâce à la montée en gamme des lots, mais aussi à la « plus grande confiance des acheteurs dans cette forme d’achat ». Certaines maisons comme Sotheby’s, Dorotheum à Vienne, Heritage Auctions Gallery aux États-Unis ou Heffel au Canada ont axé leur stratégie sur ces ventes, de préférence à celles dites « live » (en salle et sur Internet), dont le niveau de valeur reste pourtant supérieur. Ce segment demeure néanmoins dominé par les multiples – véhicules de collection, bijoux, montres, monnaies, photographies, estampes, objets de design ou vins.

Nuages
Le supplément n’est guère porté sur les sujets qui fâchent, comme les scandales de trafic ou le péril de la circulation sur Internet de faux dessins de Basquiat, de monnaies pillées en Irak et d’autres lots d’origine frauduleuse – avec l’érosion de la confiance qui peut en résulter. Il n’évoque pas non plus les restrictions réglementaires qui risquent de peser sur le marché européen, de la prohibition de l’ivoire à l’introduction à venir de contrôles à l’importation des biens culturels. Et, en sa grande sagesse, il évite la question que tout le monde a en tête : combien de temps cette spirale parfois extravagante du marché de l’art peut-elle durer ? La demande ne semble pas faiblir et l’on sait bien que le pronostic expose celui qui l’émet au risque du ridicule. Mais l’expérience indique que le marché de l’art peut être soumis au cycle de l’effet retard. Quand la thrombose affecte les autres marchés financiers, il sert de valeur refuge pour un temps, avant de chuter à son tour. La bulle spéculative peut conduire l’art vivant sur des montagnes russes. Illustrant involontairement ce dilemme, un article aborde « la révolution des NFT » avec un enthousiasme désarmant, pressant la France de trouver les moyens d’« accueillir cette vague ». Parmi les recommandations, se trouve celle d’expliquer aux collectionneurs qu’ils peuvent exposer un NFT dans leur appartement. Personnellement, j’aurais honte... Cette naïveté résonne encore plus étrangement au moment de l’effondrement de ce marché, que l’article n’a pas le loisir de mentionner. Par un si beau temps, chassez ces nuages à l’horizon…

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne