Gazette Drouot logo print

Quand Mai-Thu revisite la nature morte

Publié le , par Caroline Legrand
Vente le 25 septembre 2022 - 14:00 (CEST) - Hôtel Boussard de la Chapelle, 26 place Monge - 21200 Beaune

Si l’on s’éloigne de l’univers féminin et sensuel du peintre vietnamien, de ce Vase de lys blanc émanent l’élégance et la pureté propres à son art.

Mai-Thu (1906-1980), Vase de lys blancs ou liliums sur un entablement, 1957, encre... Quand Mai-Thu revisite la nature morte
Mai-Thu (1906-1980), Vase de lys blancs ou liliums sur un entablement, 1957, encre et couleurs sur soie contrecollée sur papier, signée en lettres latines et en caractères chinois, cachet de l’artiste, 35,8 19,8 cm. 
Estimation : 50 000/80 000 


Né un an avant Lé Phô, Mai-Thu, issu d’une grande famille tonkinoise, effectue ses études secondaires au lycée français d’Hanoï, avant de fréquenter en même temps que son ami d’enfance l’École des beaux-arts de l’Indochine. Il obtient son diplôme en 1930, puis devient professeur de dessin au lycée français de Hué. Ainsi est-il déjà parfaitement initié à la tradition picturale occidentale. Son travail ne cessera par la suite de faire la synthèse des traditions asiatique et européenne. Quand il peint ce Vase de lys blancs ou liliums sur un entablement, cela fait vingt ans que Mai-Thu est installé en France. Comme dans les autres disciplines qu’il pratique à la perfection – la photographie, le cinéma ou encore la musique avec le doc-huyen (instrument monocorde traditionnel dont il joue en France lors de concerts et émissions de radio) –, il se montre minutieux et perfectionniste. Il va jusqu’à réaliser lui-même le cadre de ses tableaux, comme en témoigne celui-ci, ciselé et patiné à la feuille d’or et d’argent par ses soins et parfaitement adapté au format de son œuvre, d’une belle verticalité. On le sait, sa technique de peinture sur soie lui est également très personnelle ; il y consacra même un film, en 1948. Mai-Thu travaille en effet sur pongé, un tissu en soie léger et souple sublimant la couleur, en appliquant les gouaches et encres par aplats et frottements. Même rigueur dans sa composition, simple et épurée : le blanc des fleurs de lys éclate sur le fond nuancé de gris-vert, tandis que le tissu rouge à motifs de fleurs, posé sur l’entablement, nuance ce contraste. Bien qu’il s’inscrive dans la tradition de la nature morte classique, Mai-Thu s’en écarte par une parfaite maîtrise de la ligne et du dessin, mais aussi par quelques détails renvoyant à ses origines, comme le choix du vase céladon et celui de la fleur de lys, symbole au Vietnam de la grâce et de la féminité.

Arts d’Asie, arts décoratifs du XXe, design, arts premiers, tableaux anciens, du XIXe, modernes et contemporains, argenterie, céramiques, cannes, sculptures, bronzes, verreries, objets de vitrine, objets d'art et d'ameublement, meubles anciens et de style
dimanche 25 septembre 2022 - 14:00 (CEST) - Live
Hôtel Boussard de la Chapelle, 26 place Monge - 21200 Beaune
Alexandre Landre (Beaune)
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne