Arles : Orient-Express & Cie, entre histoire et mythologie

Le 20 juillet 2021, par Sophie Bernard
Jacques Touchet (1887-1949), affiche publicitaire pour les trains Simplon-Orient-Express, 1930.

Il a inspiré Agatha Christie et été un lieu de séduction et d’affrontement pour James Bond : l’Orient-Express fait partie de notre mémoire collective. Mais derrière le mythe de ce train reliant Paris à Constantinople inauguré en 1883 se cachent la Compagnie internationale des wagons-lits (CIWL) et de nombreux autres trains de luxe. Réalisée à partir des archives de la société Orient Express, qui a constitué un fonds de dotation il y a trois ans pour valoriser les 6 000 pièces, l’exposition offre une plongée dans l’histoire au travers de nombreux documents. Étiquettes à bagages et brochures côtoient des vues des villes desservies et des affiches. Touffu et structuré en quatre thèmes – destination, industrie, luxe, mythologie –, l’événement raconte autant la vie des voyageurs que les coulisses de cette machine à rêves. Le plus étonnant, c’est que la CIWL ait pris soin de documenter par la photographie tout ce qui était invisible pour les usagers et ce, partout dans le monde : ateliers de construction et d’entretien des voitures, blanchisserie, mais aussi métiers de bouche. Les natures mortes de vaisselle alternent avec des portraits montrant les personnels de bord en uniforme. Ici et là viennent se glisser quelques signatures prestigieuses, comme une série d’images de passagers débarquant du train signées Paul Nadar, datant de 1890. Le parcours se termine par des extraits de longs métrages, comme Le Crime de l’Orient-Express versions Sidney Lumet (1974) et Kenneth Branagh (2017), et une image en noir et blanc de Sophia Loren endormie sur une banquette. On s’y croirait.

Espace Van Gogh,
place Félix-Rey, Arles (13), tél. 
: 04 90 49 70 29.
Jusqu’au 26 septembre 2021.
www.rencontres-arles.com
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne