Gazette Drouot logo print

Oh, les beaux jours…

Publié le , par Anne Doridou-Heim
Vente le 16 novembre 2018 - 14:00 (CET) - Salle 4 - Hôtel Drouot - 75009

Balthus (1908-2001) est sur le devant de la scène, des cimaises de la fondation Beyeler à Bâle dont on connaît l’exigence dans la programmation jusqu’au 1er janvier prochain à celles de Drouot, où une étude pour Les Beaux Jours, peinte vers 1944-1946, atteignait 381 000 €. Si cette feuille diffère, par quelques détails,...

Balthasar Klossowski, dit Balthus (1908-2001), Étude pour «Les Beaux Jours», huile... Oh, les beaux jours…
Balthasar Klossowski, dit Balthus (1908-2001), Étude pour «Les Beaux Jours», huile sur papier marouflé sur toile, 38 x 46 cm.
Adjugé : 381 000 €

Balthus (1908-2001) est sur le devant de la scène, des cimaises de la fondation Beyeler à Bâle dont on connaît l’exigence dans la programmation jusqu’au 1er janvier prochain à celles de Drouot, où une étude pour Les Beaux Jours, peinte vers 1944-1946, atteignait 381 000 €. Si cette feuille diffère, par quelques détails, de l’œuvre définitive conservée au Hirshhorn Museum and Sculpture Garden de Washington (voir page 72 de la Gazette n° 39 du 9 novembre), elle exprime les mêmes ambiguïtés : celles qui font l’une des spécificités de Balthus et qui, à l’heure du mouvement #MeToo, sèment le trouble, surtout outre-Atlantique… Mais, ainsi que l’expliquent les co-commissaires de Bâle, Raphaël Bouvier et Michiko Kono, ayant choisi d’accrocher une toile controversée du Metropolitan Museum, Thérèse rêvant, de 1938, c’est aux visiteurs de se faire leur propre opinion. L’ensemble de tableaux, mobilier et objets d’art l’entourant provenait d’une succession et de divers amateurs. Il était homogène en qualité, et de beaux résultats le récompensaient. Parmi les pépites, 9 906 € revenaient à une aquarelle attribuée à Louis Gabriel Moreau (1740-1806), montrant un Équipage devant le château de Choisy (21 x 37 cm), 78 740 € à une paire de toiles attribuées à Joseph van Bredael (1688-1739, l’une reproduite page 138) ou encore 15 494 € à une école espagnole du début du XVIIIe siècle, peinte par un suiveur anonyme de José de Ribera, représentant une Figure de prophète (100 x 75,5 cm). Plus en avant dans les siècles, une huile de Maurice de Vlaminck (1876-1958) retenait l’attention à 64 770 €. Intitulée Le Passage à niveau, elle montrait une typique rue de village aux couleurs sourdes, renforcées par la présence d’un ciel chargé, mais avec une originalité : la présence des barrières dudit passage, qui zébraient la toile de blanc et de rouge. Concluons par les objets d’ameublement, où une Scène de bataille (260 x 450 cm) tissée en laine et soie à la fin du XVIe siècle, dans un atelier bruxellois, était retenue à 14 605 €.

vendredi 16 novembre 2018 - 14:00 (CET) - Live
Salle 4 - Hôtel Drouot - 75009
Marie-Saint Germain
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne