Mona Ozouf

Le 21 novembre 2019, par La Gazette Drouot
Après la publication de L’Autre George, chez Gallimard, l’historienne a prêté sa plume à un ouvrage de photographies de Guy Hersant consacré à une île de sa Bretagne natale, Ouessant, aux éditions Les îliennes.
 
© Catherine Helie-editions Gallimard

Êtes-vous plutôt peinture, objet, photo… ?
Peinture, parfois photo. Le dernier cadeau m’ayant été fait est une photographie de Guy Hersant : trois poules qui descendent de concert à la grève, comme trois couventines en rupture de cloître. 
Votre dernier coup de cœur culturel ?
L’exposition «Berthe Morisot», au musée d’Orsay : à dire vrai, pas un choc, mais de tendres retrouvailles avec le premier vrai tableau contemplé dans mon enfance, un Berthe Morisot dans le salon d’un médecin de province.
Une œuvre que vous aimeriez posséder ?
Justement, soyons grandiose : pourquoi pas la même au bouquet de violettes, dans le tableau de Manet 
L’artiste qui vous touche ?
Vieira da Silva. Et je pourrais remplacer le choix précédent par quelque chose de moins ambitieux : j’aimerais posséder une lithographie de Vieira, par exemple L’Exode, d’une extraordinaire force évocatrice.
Tendance FIAC ou Biennale Paris ?
Ni l’une ni l’autre.
Existe-t-il un fil conducteur dans vos acquisitions ?
Pas de fil conducteur, mais des occasions et des rencontres. Ma dernière acquisition : quatre tableautins de Zuka, où des vaches roses caracolent sur un pré d’or, parfois joyeuses et parfois mélancoliques.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne