facebook
Gazette Drouot logo print

Modernité et design pour l’Inde des années 1950

Le 07 mars 2019, par Philippe Dufour

En 1951, le cousin de Le Corbusier, Pierre Jeanneret, s’installe en Inde, pour suivre l’édification de l’université de Chandigarh et la mise en œuvre de tous les projets du père du Modulor. Il y demeure jusqu’en 1966, se dévouant en particulier à la fabrication du mobilier destiné au personnel et aux étudiants. Parmi ces…

Modernité et design pour l’Inde des années 1950
Pierre Jeanneret (1896-1967), ensemble de deux Senate-Committee Chairs, teck et peau lainée, 82 x 65 x 56 cm.
Adjugé : 17 500 €

En 1951, le cousin de Le Corbusier, Pierre Jeanneret, s’installe en Inde, pour suivre l’édification de l’université de Chandigarh et la mise en œuvre de tous les projets du père du Modulor. Il y demeure jusqu’en 1966, se dévouant en particulier à la fabrication du mobilier destiné au personnel et aux étudiants. Parmi ces très nombreuses pièces, des assises aux profils devenus mythiques, tels les piétements «compas» latéraux. On les retrouve sur cette paire de Senate-committee Chairs en teck, à dossier plat incliné, piétement compas latéral à jambes fuselées. Avec accotoirs détachés, ces fauteuils se voient recouverts d’une peau lainée de couleur blanche, un confort original récompensé 17 500 €. Un autre ensemble de deux Easy Armchairs en teck également, mais avec assise et dossier cannés fabriqués vers 1955, ayant aussi équipé les bâtiments administratifs de Chandigarh, s’élevait jusqu’à 13 750 €. Quant à l’armoire en laque de l’ébéniste Jean Muller et du peintre Paul-Étienne Sain, en bois à laque verte à motifs polychromes d’oiseau et de végétaux dans le goût de la Chine, des années 1950-1960, elle obtenait 8 750 €. Au chapitre de la sculpture s’inscrivait ensuite une célèbre œuvre : l’inoubliable Ours Blanc, imaginé par François Pompon pour le Salon d’automne de 1922, dans une version en bronze à patine noire (n° 133 E du catalogue), une fonte posthume Valsuani des environs de 1955-1965. Signé, au bas de la patte postérieure gauche, et portant le cachet «Cire perdue C. Valsuani», le plantigrade polaire repartait avec 15 000 €. 

tableaux, mobilier et objets d'art, design, sculptures, bronzes
dimanche 03 mars 2019 - 14:00 (CET) - Live
4, avenue Bourbon - 60500 Chantilly
Hôtel des Ventes de Chantilly Oise enchères
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne