Les poids lourds de l’écurie Passeron

Le 01 juillet 2021, par Anne Doridou-Heim

Les œuvres modernes sur papier de cette collection unique s’effeuillaient une deuxième fois. Et là encore, celles de Masson et Picasso étaient en tête.

André Masson (1896-1987), Antilles ou Femmes antillaises attaquées par des oiseaux, 1943, pastel, 63 40 cm (détail). 
Adjugé : 66 040 

La deuxième salve de ventes de la succession Roger Passeron (1920-2020), ce marchand passionné d’estampes (voir l'article La collection Roger Passeron s’effeuille à Drouot de l’Événement de la Gazette n° 44 de 2020, page 11), se concluait sur un total de 591 922 € et livrait une véritable ode à un ténor moderne du genre, André Masson. Il faut dire que le galeriste l’a toute sa vie vendu et défendu – tous deux étaient très liés. L’artiste emportait la palme à 66 040 € avec un pastel de 1943 – une période sombre –, intitulé Antilles ou Femmes antillaises attaquées par des oiseaux (voir page de droite). Pas moins de cent dix de ses œuvres étaient proposées : toutes ont multiplié leur estimation, la décuplant même pour certaines. Il en était ainsi des 48 260 € pour trois états – dont l’un dédicacé à Passeron – de Rêve d’un futur désert (57 76 cm la planche), une eau-forte et pointe-sèche de 1942 à laquelle le cuivre était joint, et des 40 640 € de La Chute (48 63 cm), un pastel et tempera de 1942. L’ouvrage Sacrifices (Paris, GLM, 1936) de Georges Bataille  (1897-1962), pour lequel il signa l’illustration, recevait 24 747 € bien que ne comportant qu’une gravure sur les cinq imprimées – il possède en revanche douze dessins originaux préparatoires, un supplément non négligeable ! Associé au mouvement surréaliste et à l’expressionnisme abstrait, Masson joue avec tous les moyens picturaux et crée une œuvre lyrique puisant largement dans la mythologie. Sur ce dernier point, il fait écho à Pablo Picasso, dont la figure du Minotaure est une signature visuelle courant tout au long de sa carrière. L’Espagnol, très présent le 17 décembre 2020, jouait cette fois les seconds rôles avec les 50 800 € de cette épreuve du dixième état sur dix du Portrait de Françoise au corsage de 1952. Le rideau se baisse sur l’épreuve signée d’une gravure identifiée par Roger Passeron comme étant la dernière du Malaguène (50 66 cm), vue à 8 974 €. Nous sommes le 4 avril 1972, un an tout juste avant son décès.
 

Pablo Picasso (1881-1973), Portrait de Françoise au corsage, 1952, aquatinte au sucre et grattoir, épreuve du 10e état sur 10, 76,5 x 57 c
Pablo Picasso (1881-1973), Portrait de Françoise au corsage, 1952, aquatinte au sucre et grattoir, épreuve du 10e état sur 10, 76,5 57 cm. 
Adjugé : 50 800 €. 
© Succession Picasso, Paris, 2021
vendredi 25 juin 2021 - 14:00 - Live
Salle 7 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Auction Art Rémy Le Fur & Associés
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne