facebook
Gazette Drouot logo print

Les météorites, des merveilles tombées du ciel

Le 07 mars 2019, par Philippe Dufour

Pendant plus de vingt ans, Gérard Merlier a traqué les pierres venues de l’espace. Cet habitant de Gap, armé d’une loupe et d’un aimant, n’avait pas hésité à arpenter le Sahara pour les retrouver, à moitié enfouies dans les étendues de sable… Mais le collectionneur a récemment décidé de se séparer de ses fascinants minéraux…

Les météorites, des merveilles tombées du ciel
Météorite entière «Pied d’éléphant», croûte de fusion fraîche et regmaglyptes, 19 kg, 310 220 220 mm, âge d’exposition : entre 1 et 100 million d’années.
Adjugé : 24 000 

Pendant plus de vingt ans, Gérard Merlier a traqué les pierres venues de l’espace. Cet habitant de Gap, armé d’une loupe et d’un aimant, n’avait pas hésité à arpenter le Sahara pour les retrouver, à moitié enfouies dans les étendues de sable… Mais le collectionneur a récemment décidé de se séparer de ses fascinants minéraux extra-terrestres, lors d’une vacation qui a su attirer à Vendôme la presse et les caméras de chaînes nationales. Ces fragments célestes avaient été auparavant authentifiés par le Muséum d’histoire naturelle à Paris ; et devant les objectifs, la pièce maîtresse s’avérait être une chondrite  ou météorite commune  accusant un poids de 19 kg. Si la plupart de ses semblables se désintègrent avant d’atteindre la surface du globe, quelques-unes de plus de 200 g comme elle, y atterrissent (ou disparaissent à jamais au fond des océans). Un exemplaire vraiment exceptionnel, qui porte d’ailleurs le nom évocateur de «Pied d’éléphant», et pourrait être âgé de 100 millions d’années. Quant à sa surface, elle présente une croûte de fusion fraîche et surtout de beaux «regmaglyptes». Sous ce terme savant, se cache la désignation d’aspérités en forme de creux, qui se créent lors de l’entrée de la météorite dans l’atmosphère terrestre. Découverte au Maroc dans la région de l’Hamada du Guir, l’impressionnant corps céleste changeait de trajectoire en échange de 24 000 €. Du côté de la Namibie, et plus précisément du Great Nama Land, provenait aussi Gibeon, une sidérite, chargée en fer (de type IVA fine octaédrite) ; les fragments de cette météorite désintégrée sont connus depuis plusieurs siècles par les Namaquas  peuple de pasteurs d’Afrique australe , qui s’en servaient pour fabriquer flèches et outils. Ici, un beau morceau de 2,9 kg issu de cette météorite enregistrait 1 740 €. 

météorites
jeudi 28 février 2019 - 14:00 (CET)
Route de Blois - 41100 Vendôme
Rouillac
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne