Gazette Drouot logo print

Les jardins secrets de Steinlen à Auvers-sur-Oise

Publié le , par Valentin Grivet

On le connaît surtout comme chroniqueur de la vie sociale et artistique montmartroise. Célèbre pour son affiche de la Tournée du Chat noir avec Rodolphe Salis (1896), Théophile Alexandre Steinlen a prêté ses talents de dessinateur aux principaux journaux satiriques de la fin du XIXe siècle, comme Le Mirliton ou L’Assiette...

Théophile Alexandre Steinlen (1859-1923), Étude de bleuets et soucis, vers 1910,... Les jardins secrets de Steinlen à Auvers-sur-Oise
Théophile Alexandre Steinlen (1859-1923), Étude de bleuets et soucis, vers 1910, dessin à la mine de plomb et pastel, collection privée.

On le connaît surtout comme chroniqueur de la vie sociale et artistique montmartroise. Célèbre pour son affiche de la Tournée du Chat noir avec Rodolphe Salis (1896), Théophile Alexandre Steinlen a prêté ses talents de dessinateur aux principaux journaux satiriques de la fin du XIXe siècle, comme Le Mirliton ou L’Assiette au beurre. S’il est question ici de ses activités sur la Butte – dessins, lithographies, portraits de ses amis Jules Renard, Maxime Gorky, Paul Verlaine et Henri Rivière notamment –, le mérite de cette exposition est de mettre en lumière d’autres facettes, plus secrètes, de sa production. Pendant la Première Guerre mondiale, trop âgé pour être mobilisé, il obtient de Georges Clemenceau l’autorisation de rejoindre les tranchées pour documenter le quotidien des soldats. Se révèle alors un grand humaniste, qui parvient en quelques traits à traduire la peur, la douleur, la solitude. Autre surprise, Steinlen est un amoureux de la nature. S’il apprécie l’effervescence du quartier de Montmartre, il aime aussi se retirer trois ou quatre jours par semaine dans sa propriété de Jouy-la-Fontaine, dans l’Oise. Comme Claude Monet à Giverny, il a conçu lui-même le plan de son jardin. Entre 1900 et 1923, il tient un livre – présenté dans l’exposition – où il note minutieusement les dates de plantation et de floraison, et produit de délicates études d’anémones, de glaïeuls, de bleuets, de dahlias, à l’encre ou à la gouache. Cet excellent dessinateur s’est également essayé, à ses heures perdues, à la peinture de chevalet. Des paysages de sa Suisse natale, des rives de l’Oise et de Norvège – où l’artiste a séjourné en 1901 – complètent cet accrochage riche d’une centaine d’œuvres rarement vues, et pour certaines inédites, provenant pour l’essentiel de trois collections particulières.

« Les jardins secrets de Théophile Alexandre Steinlen »
Château d’Auvers, rue François-Mitterrand, Auvers-sur-Oise (95), tél. : 01 34 48 48 48,
Jusqu’au 18 septembre 2022.

www.chateau-auvers.fr
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne