Gazette Drouot logo print

Les fabuleuses porcelaines du château de Compiègne

Publié le , par Sophie Reyssat

L'institution poursuit son cycle d’expositions « Trésors méconnus », destiné à mettre en valeur ses réserves, avec un florilège d’une soixantaine de « Fabuleuses porcelaines », choisies parmi des milliers, et qui n’ont pas été montrées depuis 1993. Elles avaient alors été publiées dans un catalogue de la Réunion des musées...

Manufacture de Sèvres, coupelle du service de la table du roi, époque Louis-Philippe.... Les fabuleuses porcelaines du château de Compiègne
Manufacture de Sèvres, coupelle du service de la table du roi, époque Louis-Philippe.
© RMN-GP (domaine de Compiègne) / S. Maréchalle

L'institution poursuit son cycle d’expositions « Trésors méconnus », destiné à mettre en valeur ses réserves, avec un florilège d’une soixantaine de « Fabuleuses porcelaines », choisies parmi des milliers, et qui n’ont pas été montrées depuis 1993. Elles avaient alors été publiées dans un catalogue de la Réunion des musées nationaux, aujourd’hui épuisé et réédité en version numérique. Leur présentation au centre de la fastueuse galerie de bal offre le loisir de les admirer sous tous les angles, et de prendre la mesure de ces objets, dont la plupart sont monumentaux, à l’image d’une paire de jattes de forme chinoise montées en bronze doré par Christofle. Deux vitrines accueillent les pièces les plus délicates, comme un vase bijou à anses de l’impératrice Eugénie, reproduisant un modèle de cristal de roche réalisé vers 1585-1600 et conservé au Louvre. Résolument éclectique, la sélection permet de découvrir la variété des matériaux – porcelaine, biscuit, terre cuite émaillée ou non, pâte sur pâte bleu et blanc – utilisés par la manufacture de Sèvres, essentiellement représentée en tant que fournisseur d’objets pour les palais, les cadeaux diplomatiques et la cour. La diversité s’affiche également côté formes, usages et sources d’inspiration. Si les vases sont majoritaires, ils sont tous différents. Rien de commun en effet entre le modèle de Trianon livré en 1884 pour l’escalier d’Apollon, véritable morceau de sculpture couronné de putti et accosté de têtes de capridés, et le petit vase jasmin japonais réalisé sous le premier Empire, délicatement orné de bouquets de fleurs sur fond rose. Chaque objet impressionnera par sa virtuosité et son originalité, comme un vase cornet au décor géométrique semblable à une vannerie, utilisant du platine plutôt que de l’argent. Nombre de ces œuvres ont été présentées aux expositions universelles, à l’image d’une vasque à godrons parée de têtes de bouquetins empruntées à l’orfèvrerie antique, que l’on croyait égyptienne, alors qu’elle venait du Levant.

« Fabuleuses porcelaines »,
château, place du Général-de-Gaulle, Compiègne (60), tél. 
: 03 44 38 47 00.
Jusqu’au 18 septembre 2023.
www.chateaudecompiegne.fr
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne