facebook
Gazette Drouot logo print

Les Bacchantes de Rodin

Le 06 septembre 2018, par Philippe Dufour

Rendez-vous incontournables du week-end du 15 août, les vacations proposées par Besch Cannes Auction OVV, à l’Hôtel Martinez, enregistraient de nombreux et brillants scores. En tête, très attendu, un plâtre original de la main d’Auguste Rodin. Parmi quatorze œuvres inédites issues de la collection privée de Claude Monet,…

Les Bacchantes de Rodin
Auguste Rodin (1840-1917), Bacchantes s’enlaçant, plâtre, daté avant 1896, inscrit «Au grand maître Claude Monet, son ami Rodin», 18 x 12 x 17,5 cm.
Adjugé : 108 000 €

Rendez-vous incontournables du week-end du 15 août, les vacations proposées par Besch Cannes Auction OVV, à l’Hôtel Martinez, enregistraient de nombreux et brillants scores. En tête, très attendu, un plâtre original de la main d’Auguste Rodin. Parmi quatorze œuvres inédites issues de la collection privée de Claude Monet, ces Bacchantes enlacées avaient été offertes par le sculpteur à son ami Claude Monet (voir la Gazette n° 29, page 76). Datant d’avant 1896, l’œuvre porte une inscription gravée sur la base : «Au grand maître Claude Monet, son ami Rodin». Avec deux autres plâtres de la même origine, le groupe a été conservé du vivant du peintre impressionniste dans sa chambre à Giverny. Il a été acquis pour un montant de 108 000 € par le musée Marmottan à Paris, qui l’avait d’ailleurs exposé dans le cadre de sa récente exposition «Monet collectionneur». Provenant également de cette prestigieuse collection, une huile de 1913 par Lucien Pissarro (1863-1944) a pour titre L’Eucalyptus ; offerte à Monet en 1914 en gage d’amitié, elle emporte la somme de 33 900 €. Il fallait prévoir ensuite 8 400 € pour une boîte à peinture qui, d’après la tradition familiale, aurait servi au maître, tandis que neuf de ses dessins complétaient cet ensemble inédit dont un amusant Bel homme au chapeau huit reflets, vendu 22 175 €. D’autres maîtres modernes répondaient présent grâce à des toiles d’exception comme la Rue à Collioure, signée d’Albert Marquet décrochée à 60 870 €, ou encore, à 53 965 €, La Sedelle au pont Charraud (Creuse) par Armand Guillaumin. La veille, le 14 août, on enregistrait de belles enchères pour des vins prestigieux et alcools rares, telles ces trois bouteilles de romanée-conti millésimées 2005, 2010 et 2012, vendues 48 750 €. Se faisait aussi remarquer, ce Carré d’as Duclot comptant seize bouteilles du millésime 2000, dégusté pour 27 750 €. Le jeudi 16 août, les regards se tournaient vers les écrins, et vers cette bague de forme moderniste en platine avec, en son centre, une émeraude à pans coupés pesant environ 12 ct, habillée d’un pavage de diamants ronds et baguette pour un total d’environ 3 ct, une création de Pierre Sterle, vers 1956. Pesant 16,42 g, elle brillait à votre main pour 81 600 €. 
 

Pierre Sterle (1905-1978) s’affirme comme l’un des joailliers parisiens les plus créatifs de l’entre-deux-guerres. Dès 1934, il installe son atelier e
Pierre Sterle (1905-1978) s’affirme comme l’un des joailliers parisiens les plus créatifs de l’entre-deux-guerres. Dès 1934, il installe son atelier en étage rue Sainte-Anne, auquel succède un second, en 1943, avenue de l’Opéra. On retrouve son style dynamique avec cette bague en platine aux formes modernistes et équilibrées ; en son centre, une impressionnante émeraude à pans coupés pesant environ 12 ct : elle se détache sur un pavage de diamants ronds et baguette, calibrés pour un total d’environ 3 ct. Des environs de 1956, la pièce d’un poids de 16,42 g, s’échangeait contre 81 600 €.
 
Initiées par le groupe Duclot, l’un des plus importants négociants de grands vins de Bordeaux, les caisses Carré d’as comportent quatre bouteilles de
Initiées par le groupe Duclot, l’un des plus importants négociants de grands vins de Bordeaux, les caisses Carré d’as comportent quatre bouteilles de quatre châteaux historiques du millésime 2000. Cette combinaison prestigieuse de seize latour, petrus, margaux, haut-brion a été vendue 27 750 €. Les plus grands domaines bourguignons étaient également représentés lors de cette dispersion, ces trois bouteilles du grand cru du domaine de la Romanée-Conti, portant les millésimes 2005, 2010 et 2012, cumulaient 48 750 €.
 
En 1912, Albert Marquet (1875-1947) exécute de très nombreuses vues de Collioure. Comme pour ses amis fauves, c’est l’éblouissement ; mais c’est à sa
En 1912, Albert Marquet (1875-1947) exécute de très nombreuses vues de Collioure. Comme pour ses amis fauves, c’est l’éblouissement ; mais c’est à sa manière, douce, qu’il rendra l’atmosphère du petit port roussillonnais… Rue à Collioure, une huile sur toile (54,5 x 46 cm) signée et datée, s’élevait jusqu’à 60 870 €. Provenant de l’ancienne collection de la galerie Druet à Paris (n° 7041), avec laquelle l’artiste avait signé un contrat d’exclusivité en 1905, l’œuvre était dûment munie d’un certificat du Wildenstein Institute.

 

Vente à 14h30 : Importants tableaux : des Impressionnistes aux Modernes
mercredi 15 août 2018 - 14:30 (CEST) - Live
Grand Hyatt Cannes Hôtel Martinez, 73, La Croisette - 06400 Cannes
Besch Cannes Auction
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne