Gazette Drouot logo print

Le bronze et l’ivoire déclinés par Chiparus, David et Preiss

Publié le , par Philippe Dufour

Quartiers d’été pour la maison Salorges Enchères à La Baule, où étaient organisées pas moins de quatre vacations en juillet et août. Le mercredi 31 juillet, la sculpture y était à l’honneur ; entre autres, celle de José Maria David et de Demeter Chiparus.

Demeter Chiparus (1886-1947), Damascène, sujet chryséléphantin, bronze à trois patines... Le bronze et l’ivoire déclinés par Chiparus, David et Preiss
Demeter Chiparus (1886-1947), Damascène, sujet chryséléphantin, bronze à trois patines et ivoire, socle de marbre vert et onyx, h. totale 56 cm.
Adjugé : 20 640 

Du Français d’origine roumaine, expert en la technique chryséléphantine, on admirait l’attitude chaloupée d’une Damascène, l’une des figures de danseuses qui ont fait son succès. La ballerine cambrée, en bronze à trois patines et ivoire, est juchée sur un socle en marbre vert et onyx ; son geste gracieux n’a pas manqué d’attirer 20 640 €. Tout aussi sensuelle, une jeune fille de sa main symbolisait l’Innocence, avec ses carnations et sa chevelure en ivoire ciselés, et sa robe en bronze doré, et était enlevée contre 8 640 €. Son contemporain Armand Godard livrait une dynamique Danseuse à la bulle, autre sujet chryséléphantin représentant une jeune fille soutenant une sphère en verre transparent. Pour cette œuvre, signée sur la terrasse, et reproduite dans l’ouvrage de Bryan Catley, Art Deco and Other Figures (Antique Collector’s Club, 2003), on avançait 10 800 €. Ferdinand Preiss fut également un représentant talentueux de la sculpture chryséléphantine art déco en Allemagne ; il en usait pour mettre en scène une femme moderne libérée, voire sportive ; sa Carmen, d’une fonte Aktein - Gesellschaft Gladenbeck, de Berlin, attirait 3 480 €. Changement d’ambiance en s’immisçant dans l’univers de José Maria David, représenté ce jour par plusieurs pièces. Plébiscité pour son énergie saisissante, un Sanglier, sujet en bronze à patine brune nuancée et signé sur la patte arrière gauche, était disputé jusqu’à 16 800 €. Mais les admirateurs de l’artiste animalier pouvaient se consoler avec un Carlin en bronze à patine brune (8 400 €), qui se révélait être le portrait du carlin de l’artiste, Jupiter, portant le numéro 3/8.

arts décoratifs du XXe
mercredi 31 juillet 2019 - 14:30 (CEST)
132, rue des Ondines - 44500 La Baule
Salorges Enchères
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne