Gazette Drouot logo print

La foire Art Basel confirme la bonne santé du marché de l’art

Publié le , par Carine Claude

Pendant toute une semaine, la foire Art Basel a affiché des ventes records et une fréquentation au beau fixe. Un retour « à la normale » salué par les galeristes.

Au premier plan : Number 341 (2022), de Leonardo Drew. Courtesy Leonardo Drew, Goodman... La foire Art Basel confirme la bonne santé du marché de l’art
Au premier plan : Number 341 (2022), de Leonardo Drew.
Courtesy Leonardo Drew, Goodman Gallery et Galerie Lelong. © Art Basel

Elle donne le pouls du marché de l’art contemporain mondial… Cette année, Art Basel s’est affirmée comme un grand cru, avec des ventes au beau fixe et des records à foison. Surtout, elle confirme la bonne santé du secteur, qui, avec ses 65,1 Md$, retrouve son niveau d’avant la crise. Quelque 70 000 visiteurs se sont ainsi pressés du 16 au 19 juin dans les allées de la Messeplatz bâloise occupées par 289 exposants, la manifestation retrouvant son rythme de croisière après un calendrier fortement chahuté depuis le début de la pandémie. Pour ces retrouvailles avec leurs collectionneurs et les institutions – 300 musées étaient présents pendant la foire –, les principales galeries internationales s’en sont donné à cœur joie. Dès les premières heures de l’événement, elles ont indiqué la tendance en scellant, comme à l’accoutumée, leurs ventes records lors des «previews VIP». Forte de ses 75 M$ de ventes enregistrées dès le premier jour, Hauser & Wirth a placé la barre très haut avec une Araignée de Louise Bourgeois cédée 40 M$ – un nouveau record pour la célèbre sculptrice franco-américaine. Chez David Zwirner, une œuvre de Félix González-Torres est partie pour 12,5 M$, tandis que Pace s’est fait remarquer avec les sculptures lunaires de Jeff Koons, accompagnées de leur NFT, à 2 M$. Pour Thaddaeus Ropac, chaque journée passée à Art Basel a également été synonyme de succès. Le 14 juin, la galerie s’est démarquée avec six œuvres de Georg Baselitz, dont X-ray lila, vendue 1,35 M$. Le lendemain, c’est Robert Rauschenberg qui était à l’honneur avec Street Contract / ROCI MEXICO, parti pour 3,5 M$ et All Abordello Doze 2 (Japanese Recreational Claywork) pour 1,5 M$. Le 16 juin, ce sont les œuvres d’Alex Katz qui ont séduit les collectionneurs avec Loren et Halsey 1, vendues chacune 700 000 $, ainsi que Wildflowers 1 (1,2 M$).

Artistes et acheteurs coréens
Pendant Art Basel, l’art d’Asie, en particulier de Corée, avait la cote. Une tendance que confirme Bo Young Song, vice-présidente de la galerie Kukje, de Séoul : «Le récent essor du marché de l’art coréen, attribué à la montée en puissance des jeunes générations de collectionneurs, a entraîné un niveau d’intérêt sans précédent. Nous espérons que, dans les années à venir, les collectionneurs de notre pays continueront à développer leur présence sur le marché de l’art mondial.» Ce dynamisme de la scène asiatique se traduit également dans la politique de ses institutions. Ainsi, l’œuvre phare de la galerie Frank Elbaz, un ensemble de 30 collages de Julije Knifer, a été acquise par un musée privé du continent pour un prix public de 750 000 €. «Il y avait moins de précipitation de la part des collectionneurs et les ventes étaient au rendez-vous, explique la directrice Anna Kraft. Nous avons également vendu des œuvres de Sheila Hicks, Kenjiro Okazaki et Mungo Thomson, toutes entre 100 000 et 150 000 $, à des amateurs européens et américains.» Le marchand bruxellois Rodolphe Janssen n’a présenté qu’un projet dans le secteur Unlimited. Un bon choix puisque l’œuvre a été acquise par une fondation privée européenne. «Nous avons présenté un grand tableau de 370 100 cm de Louisa Gagliardi, Tête-à-tête, en collaboration avec les galeries Eva Presenhuber et Dawid Radziszewski, dit-il. Nous l’avons vendu 200 000 €.» Pour le Parisien Franck Prazan, «ce fut une très bonne foire et nous avons bien travaillé. Nous y avons cédé six peintures, dont un Magnelli de 1918, un Hartung d’exception, et le plus important Appel que nous ayons eu en mains à ce jour». Avec ce retour du marché de l’art à une activité plus normale, les galeristes sont déjà sur tous les fronts.

Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne