Gazette Drouot logo print

La collection Weil-Thenon met joliment les voiles

Publié le , par Anne Doridou-Heim

Gustave Cariot figurat au palmarès de la première vente de la collection Weil-Thenon.

Henri Person (1876-1926), La Calanque rouge, 1904, aquarelle, 24 x 39,1 cm. Adjugé... La collection Weil-Thenon met joliment les voiles
Henri Person (1876-1926), La Calanque rouge, 1904, aquarelle, 24 39,1 cm.
Adjugé : 8 453 

La vente fleuve de la collection de Claude Weil et Jacques Thenon, attendue depuis le mois de mars dernier, a enfin pu se dérouler comme prévu, en trois opus. Ainsi que l’article Collection Weil Thenon, la peinture du sol au plafond lui étant consacré dans la Gazette du 12 mars (no 10, page 28) le racontait, ce sont près de 1 400 œuvres produites par trois cents artistes figuratifs ou abstraits, majoritairement acquises en ventes publiques, qui retrouvaient le choix des enchères. Le couple a agi par coups de cœur avec une variété qui peut dérouter, mais les amateurs ne s’y sont pas trompés et chacun a pu y trouver son bonheur. On assistait à l’entrée en piste d’une gouache de Clowns (100 72,5 cm) de Jules Chéret (1836-1932), qui dansait la farandole jusqu’à 6 763 €. Ensuite, dans un fol enchaînement disposant sur son chemin les petits cailloux de l’art moderne, on retrouvait Deux femmes à leur toilette (64,3 48,5 cm) dessinées à la sanguine par le Belge Georges Lemmen (1865-1916), évoquant le Paris de la bohème et qui se mettaient à nu pour 7 803 €. Un autre nu féminin (63 47,5 cm), mais pastellisé celui-ci par George-Daniel de Monfreid (1856-1929), prenait la pose à 7 413 €, tandis qu’une petite toile de Louis Valtat (1869-1952) brossant vers 1925 des Barques et cygne au bois de Boulogne (24 33 cm) glissait sans bruit vers 15 343 €, tout en décuplant les attentes. Bien d’autres œuvres suivaient la même voie, à l’instar de deux gouaches d’Eugène Galien-Laloue (1854-1941), portées respectivement à 11 963 et 19 503 €. L’une montrait La Place de la Bastille animée sous la neige (31 42 cm), la seconde, Les Grands Boulevards animés, théâtre du Gymnase (31 42 cm). Deux visions d’un Paris d’hier, vivant et gai tel que l’on aimerait le voir revenir… Pour la veine postimpressionniste, des Arbres en fleurs dans un champ (45 60 cm) de Gustave Cariot (1872-1950) évoquaient le retour du printemps à 8 583 €, alors qu’un voilier entrait dans La Calanque rouge (voir ci-dessus) en 1904 pour 8 453 €. L’aquarelle, délicatement fixée en touches vibrantes et colorées par Henri Person (1876-1926), livre une belle image moderne clôturant le résumé de la première journée de dispersion. Les résultats des deux suivantes, celles des vendredi 18 et lundi 21 septembre, seront communiqués dans le prochain numéro.

mercredi 16 septembre 2020 - 14:00 (CEST) - Live
3, rue Rossini - 75009 Paris
Millon
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne