Gazette Drouot logo print

La cloche à fromage, un exercice de style de Fouace

Publié le , par Philippe Dufour
Vente le 14 octobre 2018 - 10:30 (CEST) - 51, rue Alfred-Curtel - 13010 Marseille

Rien de plus modeste qu’une cloche de verre posée sur une assiette pour protéger un morceau de fromage…Pas si simple pourtant de restituer sur la toile ce sujet, en apparence sans histoire. C’était pourtant l’une des spécialités du peintre Guillaume Fouace, qui au sein d’un corpus très fourni de natures mortes, son domaine...

Guillaume Fouace (1827-1895), Nature morte à la cloche de fromage et chaudron de... La cloche à fromage, un exercice de style de Fouace
Guillaume Fouace (1827-1895), Nature morte à la cloche de fromage et chaudron de cuivre, huile sur toile, 55 x 65,5 cm.
Adjugé : 13 400 €

Rien de plus modeste qu’une cloche de verre posée sur une assiette pour protéger un morceau de fromage…Pas si simple pourtant de restituer sur la toile ce sujet, en apparence sans histoire. C’était pourtant l’une des spécialités du peintre Guillaume Fouace, qui au sein d’un corpus très fourni de natures mortes, son domaine de prédilection, a laissé de nombreux exemples de ce motif périlleux. Il fallait en premier lieu signaler la présence de l’accessoire transparent, avec juste quelques reflets bien placés, et puis l’onctuosité du fromage, ou au contraire sa texture racornie due à une maturation avancée. Seul ou accompagné d’autres ustensiles, ce morceau de bravoure gagnait en poésie, voire en noblesse. On en avait, à nouveau, un exemple subtil avec la Nature morte à la cloche de fromage et chaudron de cuivre réapparue dans une vacation marseillaise ; cette fois, elle s’accompagnait des brillances discrètes de la porcelaine et des raisins. Bref, tout ce qu’on apprécie chez Fouace, qui récoltait ici 13 400 €. Cependant, la vedette du jour était, sans surprise, Jean-Baptiste Olive, avec l’une de ses fameuses vues de L’Entrée du port de Marseille avec le fort Saint-Jean, peinte sur panneau. Pour cette vision lumineuse, dotée d’un remarquable cadre en bois à décor floral du XVIIIe siècle, on avançait 25 600 €. Autre Provençal talentueux, Vincent Cordouan avait signé en 1876 un paysage maritime représentant des Pins parasol devant la rade d’Hyères, au fond le fort de Brégançon, qui recueillait 8 906 €. 

tableaux, mobilier et objets d'art, bijoux, cadres, sculptures, bronzes
dimanche 14 octobre 2018 - 10:30 (CEST)
51, rue Alfred-Curtel - 13010 Marseille
Marseille Enchères Provence
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne