Gazette Drouot logo print

La Brafa 2017 réchauffe les collectionneurs

Publié le , par Alexandre Crochet

Exception culturelle belge, la vénérable manifestation bruxelloise accueille une fois encore la fine fleur des marchands belges, français et européens. Une véritable corne d’abondance, de l’archéologie à l’art contemporain.

Mannequin grandeur nature, bois, fin XVIIIe siècle. Présenté par Herwig Simons à... La Brafa 2017 réchauffe les collectionneurs
Mannequin grandeur nature, bois, fin XVIIIe siècle. Présenté par Herwig Simons à la Brafa 2017.
Au cœur de l’hiver, quand le petit monde de l’art s’est assoupi un moment, la Brafa donne le signal du réveil. Un réveil en couleurs et en mouvement. Cette année, en effet, la foire bruxelloise rend hommage à l’artiste d’origine argentine Julio Le Parc. Après une exposition à la galerie d’Emmanuel Perrotin, à New York, cet automne, le maestro de l’art cinétique, cofondateur du GRAV (Groupe de recherche d’art visuel) dans les années 1960, avec notamment François Morellet, est à l’honneur au Pérez Art Museum de Miami, jusqu’au 19 mars prochain. Ici, quatre œuvres sont disséminées dans les allées au sein d’une scénographie spécifique, dont une énorme sphère rouge et un immense mobile vu à la rétrospective du Palais de Tokyo en 2013. De quoi stimuler les nombreux visiteurs de la Brafa  58 000 l’an dernier  et aiguiser leur appétit. Même les plus gourmands trouveront leur bonheur dans cette foire spacieuse, qui prend place dans le site (chauffé) de Tour & Taxis  les anciens entrepôts des douanes , situé en lisière du centre-ville. À partir du 21 janvier, jour de l’ouverture officielle, les amateurs pourront arpenter près de 132 stands réunis pour cette 62 e édition. Exposants et visiteurs se montrent fidèles à ce rendez-vous installé de longue date, bénéficiant d’un créneau…
Cet article est réservé aux abonnés
Il vous reste 85% à lire.
Pour découvrir la suite, Abonnez-vous
Gazette Drouot logo
Déja abonné ?
Identifiez-vous