L’Observatoire : Japon, un marché dynamique

Le 25 février 2021, par Agathe Albi-Gervy

S’il ne représente que 2% du volume d’enchères en Asie, et s’il ne peut pas rivaliser avec la Chine et les États-Unis – au coude à coude en termes de produit de ventes –, le Japon occupe tout de même la huitième place du marché mondial, après l’Italie et la Suisse.

 

Comptant 95 millions d’œuvres écoulées par des opérateurs nationaux en 2020, le pays offre une fluidité certaine et des œuvres abordables, comparativement à la Chine. Deux atouts qui lui ont permis, selon Artprice, de résister aux soubresauts imposés par la crise sanitaire : son nombre de transactions demeure stable, tandis que son résultat fléchit de 14 % l’an dernier, lorsque d’autres pays ont perdu plus de 30 %. Le péché mignon des grands collectionneurs japonais reste, sans surprise, les impressionnistes et les modernes occidentaux, à l’image de Renoir, Chagall, Buffet et Munch. Parmi les valeurs sûres locales, citons Hokusai, Foujita, Ayako Rokkaku, Yayoi Kusama ou Yoshitomo Nara.

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne