L’heure de la science sous Louis XVI

Le 07 janvier 2021, par Anne Doridou-Heim

Cette pendule née d’une collaboration entre quatre maîtres parisiens de l’époque Louis XVI sonnait juste.

Pendule monumentale dite «à dessin d’architecture» illustrant la victoire de la Science, bronze ciselé doré et patine nuancée brun-noir de Robert Osmond, contre-socle en ébène et bronze doré de Balthazar Lieutaud, cadran signé Lépine et émail blanc de Joseph Coteau, 1789-1790, 55 56,3 15,7 cm.
Adjugé : 75 600 

La plupart du temps, deux noms se penchent sur les pendules, celui de l’horloger et celui du bronzier. Pour ce modèle dit «à dessin d’architecture» illustrant la «Victoire de la Science» (voir l'article Science et histoire de la Gazette no 44, page 48), ils sont quatre et non des moindres puisqu’il s’agit de Robert Osmond (1711-1789), maître fondeur ciseleur au talent plébiscité, Jean-Antoine Lépine (1720-1814), horloger de même niveau travaillant pour le roi Louis XV dès 1762, Joseph Coteau (1740-1812), maître émailleur d’origine suisse, et Balthazar Lieutaud (1720-1780), spécialisé dans la réalisation de boîtes de pendule et d’horloge. Une association fructueuse qui lui a permis de sonner à 75 600 €. Pièce historique ayant nécessité quinze années de patience – commencée en 1774, elle fut livrée vers 1789-1790 –, appartenant à un petit ensemble connu sur le même thème, elle est unique grâce à ce contre-socle de Lieutaud, qui lui apporte un petit supplément de somptuosité, et à une nouveauté voulue par Lépine : les chiffres arabes sont mélangés aux chiffres romains. Elle a en effet annoncé une nouvelle heure …

lundi 14 décembre 2020 - 02:00 - Live
La Salle - 20, rue Drouot - 75009
Chayette & Cheval
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne