Joe Loux

Le 06 septembre 2018, par La Gazette Drouot
 

Ce qui a déclenché votre vocation ?
À 20 ans, je me suis engagé comme volontaire dans le Peace Corps (corps de la Paix, ndlr) en Afrique de l’Ouest. J’ai découvert la culture matérielle et pris goût au voyage. Je n’ai jamais regretté ce choix.

Mais si tout était à refaire, vous seriez…
Si je pouvais changer d’époque, j’adorerais explorer la Polynésie dans les premières années du XIXe siècle.

Votre dernier coup de cœur ?
Un couple de gardiens du riz des Philippines, datant du XIXe siècle. Ils sont en bois, avec des yeux incrustés de coquillages, et leur patine est incroyable.

L’artiste ou l’objet d’art que vous aimeriez présenter ?
J’ai récemment visité le musée d’anthropologie de l’Université de la Colombie-Britannique, à Vancouver. Je rêverais de pouvoir proposer ce type d’objets de grandes dimensions de la côte Nord-Ouest, que j’ai pu admirer dans ce lieu formidable.

La phrase professionnelle que vous répétez souvent ?
«Étudie avec attention et achète sans te presser, mais en laissant la passion être ton guide».

Vos projets ou prochains temps forts ?
Du 11 au 16 septembre, je vais participer pour la première fois au Parcours des mondes. J’ai hâte d’y rencontrer la communauté de collectionneurs et de marchands européens. Nous sommes également sur le point de lancer notre site internet.

Joe Loux Asian & Tribal Art, 594 Clipper Street, San Francisco, Californie, tél. : +1 415 861 2588, www.joelouxasianandtribalart.com 
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne